Inédit : un clip contre le harcèlement scolaire

Jérémy Bellet, mannequin, comédien, réalisateur et surtout créateur de l’initiative « Respect pour tous » lance un appel aux jeunes Marseillais désireux de tourner dans un clip qu’il réalise sur la lutte contre les discriminations et le harcèlement.

J’ai décidé de créer un hymne contre le harcèlement scolaire» ce sont les mots de Jérémy Bellet, mannequin, comédien et réalisateur qui est à la tête du mouvement « Respect pour tous ». Une initiative lancée en septembre 2021 dans le but de « sensibiliser les personnes contre toutes les formes de discriminations et le harcèlement», explique Jérémy Bellet. Le jeune homme de 23 ans, lui-même victime de harcèlement étant enfant. En pleine campagne, le mannequin a publié ce lundi 25 juillet une lettre ouverte sur les réseaux sociaux annonçant qu’il travaillait sur la création d’un single solidaire contre le harcèlement scolaire.

Il estime que « nombreux sont les combats à être entendus en chanson plutôt que par de longs discours, j’ai décidé de créer un hymne contre le harcèlement scolaire». Il souhaite tourner un clip à Marseille car il a été touché par le témoignage d’une habitante sur ce qu’a vécu son fils.

Jérémy Bellet veut, à travers ce clip, montrer à quoi ressemble la vie d’un étudiant victime de racisme. Il raconte l’histoire de Samir, 15 ans, qui a grandi dans la banlieue de Marseille et qui arrive en province (Blois, Loir-et-Cher) à la suite du déménagement de ses parents.

Samir, victime de racisme

Dans ce film, il va être question de suivre Samir, de voir son adaptation à sa nouvelle vie qui va s’avérer être un calvaire pour lui. Victime de propos discriminants et de harcèlement scolaire, le jeune homme va changer d’établissement et rejoindre un lycée à Tours.

Alors que la situation ne s’arrange pas, Samir fait une tentative de suicide. Désireux de devenir psychologue, le jeune Marseillais veut tout faire pour réussir sa vie.

Avec cette histoire, Jérémy Bellet a souhaité finir par une morale, « tout le monde peut être touché par tous les types de discriminations, pas forcément directement mais cela peut toucher l’un des proches».

On retrouve Samir, quelques années plus tard, travaillant en tant que psychologue et rencontrant une femme qui lui est familière. Il s’agit d’une camarade de classe qui terrorisait Samir étant plus jeune.

En larmes, elle lui raconte que son fils, mentalement handicapé, est victime de discriminations.

La Marseillaise