Inforensique : Les preuves numériques seraient devenues « plus importantes » que l’ADN et que les preuves physiques dans les enquêtes policières

Les preuves numériques sont désormais « plus importantes » que les preuves matérielles et génétiques pour mener à bien les enquêtes judiciaires, estiment les officiers de police interrogés par le leader israélien de l’inforensique Cellebrite. L’entreprise, spécialiste de l’extraction et de l’exploitation des données issues de téléphones portables, a interrogé plus de 2.000 responsables de la police, enquêteurs, procureurs et responsables d’agence, dans 119 pays, dont 51 % en Amérique du Nord.

Ce baromètre (.pdf), émanant d’un leader du marché, est bien sûr orienté afin de promouvoir le secteur d’activité de Cellebrite. Mais au-delà des questions de solutionnisme technologique, il nous paraît intéressant de documenter l’évolution du rapport des forces de l’ordre aux outils et technologiques numériques, comme nous l’avons déjà fait plusieurs fois.

88 % des directeurs d’agence interrogés sont d’accord ou tout à fait d’accord avec le fait que la preuve numérique « augmente considérablement la possibilité de résoudre les affaires », 81 % que la probabilité de clore une affaire augmente « lorsque la preuve numérique est disponible », 74 % que les procureurs se sentent plus en confiance dans les affaires où des preuves numériques sont disponibles, 72 % que la preuve numérique « raccourcit le cycle d’enquête ».

Plus étonnant : 66 % des personnes interrogées estiment que les preuves numériques ont dépassé les preuves physiques – y compris les ordinateurs portables, les téléphones mobiles, les clés USB, les caméras de surveillance – en termes d’importance pour la résolution des affaires, et 61 % qu’elles dépassent la preuve génétique.

Cellebrite inforensique

« Le public croit à tort que la collecte de preuves pour poursuivre les crimes se résume à des sacs en plastique, des empreintes digitales et des prélèvements d’ADN », résume Leeor Ben-Peretz, directeur de la stratégie chez Cellebrite : « Il s’agit d’une vision obscure du monde de la police – alimentée par des films et des émissions de télévision – qui ignore fondamentalement le rôle massif et croissant que jouent les preuves numériques ».

Nextinpact