Israël : Une escroquerie aux diamants démantelée après avoir fait 1200 victimes en France

Un réseau criminel installé en Israël proposait d’investir sur internet dans les pierres précieuses moyennant un bon rendement. 27 kilos de diamants ont été saisis, et plus de 25 malfaiteurs interpellés.

Au terme de quatre ans d’enquête, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) vient de démanteler un vaste réseau international d’escroqueries aux diamants en faisant miroiter de rendements assez importants. Au total, pas moins de 1400 pierres précieuses ont été récupérées et devraient être remises pour indemniser les 1200 victimes répertoriées en France.

L’affaire se noue en avril 2017, quand la police est saisie d’une escroquerie aux faux virements visant un club de football de la région d’Angers. Les investigations menées par l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) et plusieurs antennes de la PJ à travers la France ont débouché sur un réseau piloté depuis Israël. Via une plateforme très soignée, les malfaiteurs de haute volée proposaient des investissements sur les diamants. Les victimes étaient des particuliers «hameçonnés» sur internet ou démarchés en direct par des pseudo-commerciaux aux discours rodés et aux méthodes commerciales «agressives».

Sous le matelas, 27 kilos de diamants

Souvent aveuglés par l’appât du gain, les particuliers faisaient des virements bancaires après n’avoir le plus souvent vu la marchandise que sur de simples photographies. «Ces escroqueries aux investissements, bien connues, se pratiquent dans divers domaines, notamment sur du whisky ou encore des placements de parkings, confie au Figaro la commissaire divisionnaire Anne-Sophie Coulbois, chef de l’OCRGDF. Les rendements financiers annoncés sont attractifs, mais pas démesurés afin de ne pas éveiller les soupçons.»

Après diverses investigations techniques, des écoutes téléphoniques et une coopération internationale, les policiers français ont pu se rendre dès 2019 en Israël, où un coup de filet a été mené. Sous le lit d’un des suspects, les policiers ont retrouvé 800 diamants, d’un poids global de 27 kilos. Les pierres, de qualité médiocre, ont été estimées entre 500.000 et un million d’euros.

Au terme des investigations, pas moins de 25 personnes ont été interpellées, parmi lesquelles figurent les organisateurs, les fournisseurs de pierres précieuses, les blanchisseurs ou encore des «mules bancaires» servant à ouvrir des comptes.

Un préjudice estimé à 30 millions d’euros

Les policiers français ont pu établir le préjudice global à 30 millions d’euros. Pour brouiller les pistes, un astucieux montage avait été mis en place : les sommes virées par les victimes empruntaient un savant parcours à travers l’Europe, avant de transiter vers la Chine continentale et Hongkong. En bout de chaîne, une partie de l’argent était redistribuée en espèce en France aux membres du réseau par des commerçants chinois complices.

La semaine dernière, l’OCRGDF a pu se rendre en Israël pour récupérer les 800 diamants. Ils seront ajoutés aux 600 diamants retrouvés en France, pour faire un lot global de 1400 destiné à dédommager partiellement les victimes.

Avant de clore cette enquête marathon dirigée par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy, les policiers ont aussi frappé les malfaiteurs au portefeuille, en permettant la saisie de 4,5 millions d’avoirs criminels en espèces et sur des comptes en banque.

Le Figaro