Italie : Clap de fin pour la vente des bouteilles de vin à l’effigie de dictateurs

Cela fait des années que les touristes en Italie sont choqués de voir des bouteilles arborant des étiquettes avec la photo d’Hitler sur les étalages des magasins. L’un des domaines viticoles qui produisent ce genre de bouteilles envisage de les retirer de sa gamme à partir de l’année prochaine.

Depuis des années, les bouteilles de bière et de vin à l’effigie de dictateurs comme Adolf Hitler, Staline ou Benito Mussolini suscitent l’indignation des touristes en Italie. Une grande entreprise viticole qui commercialise de telles bouteilles envisage désormais de mettre un terme à leur production.

Vini Lunardelli est un domaine familial viticole situé dans le nord-est de l’Italie, qui compte la soi-disant «gamme historique» parmi les produits qu’elle commercialise. Ces bouteilles sont non seulement ornées d’étiquettes à l’effigie de Sissi et de Napoléon, mais également de dictateurs tels que Staline, Mussolini et Hitler.

Demande particulièrement élevée en Allemagne

Sur le site Internet du domaine familial, il est même proposé d’ajouter des slogans nazis sur l’étiquette. «Malheureusement, l’étiquette la plus demandée de notre gamme historique est celle d’Adolf Hitler. En grande majorité par les touristes allemands, mais aussi de la part d’un grand nombre de Britanniques, de Nordiques, de Français et de Russes», explique le viticulteur Andrea Lunardelli.

Un terme sera bientôt mis à la production de cette «gamme historique» de vins

Le vigneron tient cependant à préciser qu’il n’est «absolument pas nazi». L’entreprise insiste également sur le fait que sa gamme de vins «historiques» n’a rien de politique. D’après lui, les bouteilles sont plutôt destinées à des personnes souhaitant «se remémorer l’histoire» et répondent à une demande de la part des clients.

«Une stratégie de marketing qui manque totalement de respect»

Le Centre Simon Wiesenthal, ONG juive pour la défense des droits humains, qui lutte contre le commerce de ce vin depuis les années 1990, ne l’entend pas de cette oreille: «Quand les gens achètent ce genre de bouteilles, ils rentrent chez eux et trinquent à ce que Hitler représentait. Et c’est révoltant», déclare le rabbin Abraham Cooper, membre de la direction. Selon lui, le vin s’adresse clairement aux sympathisants fascistes qui glorifient les crimes du régime nazi.

«L’antisémitisme, le racisme et la haine ne sont pas morts dans un bunker avec Hitler. Et maintenant, en 2022, des gens se servent de cela pour vendre du vin», dit Abraham Cooper. Interrogé par Vice, le Forum juif pour la démocratie et contre l’antisémitisme en Allemagne a déclaré: «Cette stratégie de marketing est un manque de respect total face aux victimes du régime nazi et à leurs descendants».

Retiré de la vente dès l’année prochaine

Le viticulteur Andrea Lunardelli promet de mettre un terme aux vins «historiques» dès 2023, lorsqu’il reprendra l’entreprise de son père. Il affirme qu’il ne les apprécie pas et qu’il souhaite la fin rapide de cette polémique.

Pour Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, cette mesure n’est qu’une maigre consolation. D’autant plus que ces vins avaient déjà été retirés de la vente, pour refaire leur apparition dans les rayons. Les vins à l’effigie d’Hitler avaient déjà suscité la polémique. En 2009, une Juive française avait découvert les vins avec les étiquettes d’Hitler dans un magasin de la chaîne Carrefour, en Italie, qui a présenté ses excuses et retiré les bouteilles de ses rayons.

L’Essentiel