Italie : Des personnalités rendent leur Légion d’honneur à la France pour protester contre la remise de cette décoration au chef de l’État égyptien

Après que l’écrivain Corrado Augias a rendu sa distinction à l’État français, d’autres Italiens ont déclaré qu’ils suivraient son exemple, afin de protester contre la Légion remise par Emmanuel Macron au chef de l’État égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi. Un mouvement qui puise ses racines dans les rapports compliqués entre Rome et Le Caire, sur fond d’assassinat politique.

La polémique s’est déclenchée avec une semaine de retard, mais elle ne cesse de prendre de l’ampleur. Le lundi 7 décembre, lors de sa visite officielle en France, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a reçu la Légion d’honneur en présence de son homologue français, Emmanuel Macron. Une cérémonie qui s’est déroulée dans la discrétion la plus totale, mais malgré les précautions adoptées les images de cette scène ont fini par filtrer dans les médias. Voilà qui a provoqué une série de réactions indignées, en France, mais aussi à l’étranger.

Dans ce contexte, l’écrivain italien Corrado Augias a décidé d’exprimer sa réprobation par un geste à forte valeur symbolique : remettre à la France sa Légion d’honneur. Ses raisons, l’homme les explique dans une lettre ouverte publiée (en français):

Monsieur l’Ambassadeur, je vous rends les insignes de la Légion d’honneur. Quand elle me fut accordée, le geste m’émut profondément. J’ai toujours considéré votre pays comme une sœur aînée de l’Italie et comme ma seconde patrie, j’y ai vécu longtemps, je compte bien continuer à le faire. Je vous remets donc ces enseignes avec douleur, j’étais fier de montrer le ruban rouge à la boutonnière de ma veste.

Cette prise de position a eu grand écho dans les médias français, mais la polémique aurait pu se résorber rapidement si d’autres personnalités transalpines n’avaient pas décidé d’imiter le geste de Corrado Augias. Ainsi,“l’ancien maire de la ville de Bologne Sergio Cofferati, l’ex-ministre des Sports Giovanna Melandri et la journaliste et intellectuelle Luciana Castellina ont également décidé de rendre leur Légion d’honneur à la France”.

Mais pourquoi la remise de cette distinction à Sissi, un usage habituel lors des visites de chefs d’État, provoque une telle réaction de l’autre côté des Alpes ?Un doctorant italien torturé et tué au Caire

Toutes les personnes qui ont manifesté la volonté de rendre leur distinction ont cité une raison, qui se résume à un nom et un prénom : Giulio Regeni.Giulio Regeni était un doctorant italien de l’université de Cambridge. En 2016 – alors qu’il conduit des recherches au Caire sur des syndicats égyptiens –, il est enlevé et assassiné. Son corps, mutilé par des tortures, sera retrouvé quelques jours plus tard, près d’une autoroute, à la sortie de la capitale.Depuis cet épisode, les différents gouvernements italiens qui se sont succédé ont demandé à l’exécutif du Caire d’expliquer les circonstances du meurtre de Regeni.

Les autorités égyptiennes ont d’abord avancé des raisons liées au trafic de drogue,à une prétendue liaison homosexuelle et, enfin, ont accusé une bande spécialisée dans les enlèvements d’étrangers. Des motivations démenties par les enquêtes italiennes qui accusent, elles, quatre agents de l’Agence de sécurité nationale du Caire, qui auraient torturé et tué l’Italien en raison de ses recherches.

Une page triste pour l’histoire de la France

L’affaire Giulio Regeni suscite depuis de nombreuses années une vive émotion en Italie, c’est pourquoi le geste de la France vis-à-vis de Sissi, considéré comme indirectement responsable de la mort du doctorant par beaucoup de Transalpins,est perçu comme une offense.

L’assassinat de Giulio Regeni représente pour nous, les Italiens, une blessure sanglante, un affront, et j’aurais attendu de la part du président Macron un geste de compréhension sinon de fraternité, au nom de l’Europe que – ensemble – nous essayons si durement de construire”, explique ainsi Corrado Augias dans sa lettre. Les raisons de la realpolitik ont primé sur le respect des droits de l’homme,regrettent à l’unisson les Italiens qui ont décidé de rendre leur Légion d’honneur.

C’est une page triste pour l’histoire de la France, soupire Luciana Castellina dans sa lettre adressée à l’ambassadeur. Un geste surprenant, que personne n’aurait attendu de la part de la République française.”