Italie: la police démantèle un groupuscule antisémite et raciste

Des perquisitions ont été effectuées dans tout le pays concernant cette enquête. Chalabala / stock.adobe.com

La police italienne a démantelé lundi 7 juin un groupuscule propageant sur les réseaux sociaux des idées antisémites et racistes, visant douze présumés néo-nazis, dont une femme déjà élue «Miss Hitler» dans un concours russe.

Le groupe menait aussi «des activités de planification, encore à l’état embryonnaire, d’une action spécifique contre une structure de l’Otan au moyen d’engins explosifs fabriqués grâce à des instructions trouvées sur internet et avec la collaboration de certains militants appartenant à des associations étrangères similaires, actives au Portugal», selon la police.

L’enquête du parquet de Rome, démarrée fin 2019, s’est penchée sur les activités du groupe «Ordine Ario Romano», qui compte des membres âgés de 26 à 62 ans, publiant sur Facebook et un réseau social russe (VK) des textes, vidéos et images à contenu raciste, antisémite et négationniste, précise un communiqué de la police.

Elle a mis en lumière «une incitation à commettre des actions violentes contre des personnes d’origine juive et des citoyens étrangers», précise le texte. Des perquisitions ont été effectuées dans tout le pays. Parmi les personnes sous enquête se trouve une Milanaise qui a remporté en 2019 le concours de beauté «Miss Hitler» organisé par le réseau social russe VK, précise l’agence de presse italienne Agi.

Le Figaro