Italie : Les jardiniers migrants des Jardins royaux de Caserte mis à l’honneur

Temps de lecture : 2 minutes

Naples – Des demandeurs d’asile et des réfugiés ont été récompensés pour leur travail dans les jardins royaux de Caserte (“le Versailles italien”) dans le cadre du programme “Accolti Attivi” (Accueils Actifs), au cours duquel ils ont appris le métier de jardinier et ont participé à l’entretien quotidien du parc autour du palais royal italien.

Quelque 23 demandeurs d’asile et réfugiés ont reçu un prix pour leur travail dans le cadre du programme “Accolti Attivi” (Accueils Actifs) au palais royal de Caserte, dans le sud de l’Italie.

Les lauréats sont âgés de 21 à 47 ans et viennent de Côte d’Ivoire, de Gambie, du Ghana, de Guinée, du Mali, du Nigeria, du Pakistan, du Sénégal, de Somalie et du Togo. Tous ont effectué des stages de formation dans les jardins royaux, appris le métier et participé à l’entretien quotidien des espaces verts.

Médaille de reconnaissance civique 2020

La reconnaissance a eu lieu lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 8 octobre au Palais Royal de Caserte à Naples. Les migrants ont reçu le prix de reconnaissance civique 2020 des mains de la responsable de l’association GreenCare Award, Benedetta de Falco.

Awarded migrant gardeners of the Royal Palace of Caserta

Les médailles ont également été décernées à l’association de sport amateur Reggia Running, dont les membres ont adopté une zone de la pinède dans les jardins royaux et y ont effectué des travaux de nettoyage et d’entretien.

Un modèle à reproduire

La directrice du Palais Royal de Caserte, Tiziana Maffei, a noté que des associations travaillant ensemble dans la région avaient créé “deux projets qui me tiennent à cœur“.

Nos jardins royaux méritent beaucoup d’attention et ces formes de collaboration sont des exemples vertueux de responsabilité partagée et de participation à la prise en charge. Applications concrètes des principes de durabilité dans l’Agenda 2030.

Je tiens à remercier tous ceux qui, chaque jour, travaillent pour nous aider dans la tâche très difficile de protéger le patrimoine du Musée vert. Je tiens à remercier le GreenCare Award d’avoir compris la valeur de ces initiatives et de les avoir récompensées par cette reconnaissance officielle“.

De Falco a ajouté que “le transfert de compétences, l’enseignement des bases d’un métier et la réunion de deux sphères de grande “fragilité” – celle des réfugiés d’aujourd’hui et celle de l’entretien des espaces verts – fournissent les bases d’un modèle à reproduire plus tard ailleurs“.

Premio Green Care

5 Commentaires

  1. Il sont doués et apprennent vite les subtilités et secrets du métier de jardinier. Ils manient déjà la cisaille et le balai avec maestria. Baraton n’a qu’à bien se tenir.

  2. Des gens rêvent de faire des stages dans des lieux prestigieux… Ben non, c’est réservé aux migrants.
    C’est vraiment dégueulasse pour le gars originaire du pays.
    On se sent déclassé, cette discrimination au profit des allogenes est scandaleuse, injuste !

Les commentaires sont fermés.