Italie : Les Noirs sont hantés par le racisme

Dans notre série de lettres de journalistes africains, Ismail Einashe écrit que de nombreux Noirs en Italie ont le sentiment que le racisme n’est pas pris au sérieux.

Pour Ariam Tekle, cinéaste et podcasteur italo-érythréen, il ne fait aucun doute que le récent meurtre du vendeur ambulant nigérian handicapé, Alika Ogorchukwu, en Italie, est un “meurtre raciste”. Et ce, bien que la police locale ait exclu le racisme comme motif du meurtre de l’homme de 39 ans dans la ville balnéaire de Civitanova dans les Marches.

Il vendait des mouchoirs lorsqu’il a été poursuivi et battu à mort. Aucune des personnes qui ont assisté à l’attaque en plein jour n’a semblé intervenir. Le suspect – un homme blanc nommé Filippo Claudio Giuseppe Ferlazzo – a été condamné à rester en prison alors que l’enquête se poursuit. Un enquêteur de la police a déclaré que M. Ogorchukwu avait été attaqué après que le commerçant eut demandé avec insistance au suspect et à son partenaire de la monnaie. Néanmoins, son meurtre horrible – filmé en vidéo – a fermement mis en lumière le racisme en Italie.

En 2016, un autre Nigérian, Emmanuel Chidi Namdi, a été tué après avoir défendu sa femme contre des insultes racistes dans la ville de Fermo, dans le centre de l’Italie.

Deux ans plus tard, un extrémiste d’extrême droite a abattu six migrants africains lors d’une attaque en voiture dans une ville située à environ 25 km de l’endroit où M. Ogorchukwu a été tué. Lorsque la police l’a arrêté, il était enveloppé dans le drapeau italien et criait “Viva l’Italia”, disant à la police qu’il voulait “tous les tuer”.

En fait, cette région des Marches est gouvernée depuis 2020 par le parti d’extrême droite Fratelli d’Italia (Frères d’Italie).

Il est dirigé par Giorgia Meloni, qui pourrait devenir la première femme Premier ministre d’Italie si elle remporte les élections anticipées qui se tiendront en septembre.

Le parti, qui devrait être le plus important, fait partie d’un bloc conservateur plus large comprenant la Lega (Ligue) de droite, dirigée par Matteo Salvini, et le parti conservateur Forza Italia (En avant l’Italie), dirigé par l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi.

Selon Mme Tekle, les Noirs italiens sont régulièrement victimes de violences racistes, de harcèlement policier et de discrimination, et la montée des partis d’extrême droite anti-immigration a “normalisé” le racisme.

BBC