Italie : Malgré le confinement, des migrants africains continuent à passer la frontière française en train grâce à des ONG

Le long périple des migrants en Europe se poursuit malgré les mesures de confinement. Exemple ici à Rome. Officiellement les déplacements sont interdits dans la capitale italienne, placée en zone rouge face à la troisième vague de Covid-19. Pourtant, des groupes de réfugiés continuent de circuler notamment en train. Ces hommes originaires du Soudan et d’Érythrée tentent leur chance malgré les contrôles renforcées.

Une association locale, nommée Baobab Experience, leur vient en aide en leur fournissant entre autres des tickets à des prix raisonnables. “Chaque jour, nous avons de 5 à 20 migrants qui nous demandent de l’aide. Ils veulent partir pour atteindre d’autres pays. Je pense que les autorités sont en quelque sorte contentes que ces personnes partent d’ici”, explique Andrea Costa, porte-parole de l’ONG.

Ils embarquent direction le nord, Florence, Gênes puis Vintimille. Parmi eux, Asharaf, 30 ans, il a fui la guerre au Soudan, passé par la Libye et la traversée de la Méditerranée, il souhaite rejoindre la France où son frère est installé. “Je vais à Florence, je ne suis pas inquiet, je suis en paix, je suis convaincu qui j’arriverai jusqu’à Gênes“, dit-il

Selon les statistiques de l’ONU plus de 5 000 migrants sont arrivés en Italie par la mer en janvier et février, c’est deux fois plus qu’il y a un an à la même période.