Italie : Si l’extrême droite est élue, il peut y avoir un « risque de contagion » dans l’UE

Après la démission du Premier ministre italien, Mario Draghi, l’Assemblée a été dissoute par le président, provoquant des élections législatives anticipées qui laissent présager une accession au pouvoir des partis les plus à droite.

L’Italie est tombée en crise politique jeudi avec la démission de son Premier ministre puis la dissolution de l’Assemblée avec, à la clef, des élections anticipées prévues à l’automne. Les sondages donnent pour le moment comme favori la coalition dite « de centre-droit » qui réunit néanmoins les partis les plus à droite de l’échiquier politique. Si cette coalition arrivait au pouvoir, les répercussions pourraient se propager au-delà des frontières italiennes et avoir des conséquences pour l’Union européenne et la France.

Le moment n’aurait pas pu être plus mal choisi pour qu’éclate une crise politique en Italie. Alors que l’Union européenne s’est montrée unie dans son soutien à l’Ukraine face à son agression par la Russie le 24 février dernier, le dirigeant italien Mario Draghi a été contraint de démissionner jeudi matin après avoir été désavoué par trois partis de sa coalition au Sénat mercredi soir. Le président, Sergio Mattarella, a dans la foulée décidée de dissoudre l’Assemblée déclenchant des élections anticipées.”

L’Italie risque désormais de voir les droites les plus à droite prendre le pouvoir. Car l’archi-favori du scrutin à venir est la coalition dite « de centre-droit », qui réunit Forza Italia, le parti de droite de Silvio Berlusconi, et l’extrême droite représentée par La Ligue du tribun populiste antimigrants Matteo Salvini et Fratelli d’Italia. Quelles conséquences pour l’Italie, l’Union européenne et la France pourraient avoir cette accession au pouvoir de l’extrême droite ? 20 Minutes a posé la question à Dominique Moïsi, conseiller spécial de l’Institut Montaigne, selon qui « le risque, c’est de créer une contagion à d’autres pays européens », dont la France.

Quel calendrier pour les élections législatives ?

Ces élections anticipées provoquées par la dissolution de l’Assemblée par le chef de l’État italien devraient se tenir fin septembre ou début octobre. Les médias italiens avancent plusieurs dates possibles pour ces élections : le 18 et le 25 septembre, ou encore le 2 octobre. Si plusieurs dates sont ainsi évoquées, seule certitude : elles doivent se tenir dans les 70 jours suivant la dissolution du parlement. Par la suite, le parlement doit se réunir dans les 20 jours suivant la tenue du scrutin. En attendant, le gouvernement en place continue de gérer les affaires courantes.

La situation est rendue compliquée par le budget, qui doit être présenté au parlement avant le 15 octobre. L’organisation d’élections, la campagne électorale, la nomination d’un gouvernement puis sa prise de fonctions bousculent ce calendrier. Mais selon Les Échos, cette date pourrait être avancée avant le scrutin et permettre à Marion Draghi un dernier acte au pouvoir.
Quel avenir politique se dessine en Italie ?

S’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, les sondages s’accordent à placer les partis les plus à droites comme favoris de la course, avec en tête Frères d’Italie, mené par Giorgia Meloni. Ce dernier est donné en tête avec près de 24 % des intentions de vote, devant le Parti démocrate (22 %) et la Ligue de Matteo Salvini (14 %), selon un sondage de l’institut SWG réalisé le 18 juillet. Le parti de l’ancien Premier ministre sulfureux Silvio Berlusconi, Forza Italia, recueillerait 7,4 % des voix et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) de Giuseppe Conte 11,2 %.

Selon Dominique Moïsi, « on a quand même des visions de ce qu’il va se passer » et « Giorgia Meloni est citée pour succéder à Mario Draghi », prédit-il. « Cette vision d’une alliance des partis les plus à droite qui prendraient le pouvoir est inquiétante », ajoute-t-il.
Quelles conséquences pour l’Italie ?

En effet, cette ascension des partis extrêmes peut être néfaste pour l’image de l’Italie. Le pays « qui était redevenu sûr de lui, légitime et dirigé d’une main rationnelle et compétente grâce à Mario Draghi va prendre une dimension populiste, avec, pour la première fois, le risque d’une démocratie illibérale parmi les pays fondateurs de l’Union européenne », prédit le conseiller spécial de l’Institut Montaigne.

Pour les Italiens, cela rime aussi avec un changement de politique, notamment sur la question de l’immigration. L’Italie est l’un des pays en première ligne face aux flux de réfugiés qui souhaitent fuient la misère, la guerre ou la répression dans leur pays d’origine. Si Frères d’Italie arrivent en tête avec à leurs côtés Forza Italia et La Ligue, le comportement vis-à-vis des migrants risque d’être différent, « moins humaniste ». « S’il y a déjà eu des populistes au pouvoir en Italie, ils étaient contenus jusqu’ici, là ce sera tout à fait différent », alerte Dominique Moïsi.
Quels changements au niveau économique ?

Par ailleurs, alors que jusqu’ici Mario Draghi était parvenu à imposer un programme de réformes économiques importantes, faisant de l’Italie à nouveau un bon élève de l’Union européenne, cela pourrait rapidement changer. « Si cette coalition accède au pouvoir, ne va-t-elle pas s’engager dans une politique économique populiste ? », s’interroge Dominique Moïsi. Et de développer : « Elle risque d’ouvrir les coffres afin de privilégier le pouvoir d’achat avant toute autre considération, ce qui comporte un risque dans l’équilibre de l’Union européenne, sachant que le pays est la troisième économie de l’UE. »

Et si sur le court terme, cette vision économique peut profiter aux Italiens, sur le long terme en revanche, cela peut être très mauvais, avec une « dette qui va galoper et mettre des doutes sur la stabilité de l’Italie », abonde le spécialiste.
Quelles répercussions à prévoir pour l’Union européenne ?

Si Dominique Moïsi ne croit pas à la possibilité d’un Brexit à l’italienne, « le risque, c’est une contagion. Si les Italiens ont réussi à faire élire l’extrême droite, pourquoi pas la France demain, et d’autres pays après-demain ? C’est le précédent qui est dangereux ».

D’autant qu’il existe aussi le risque d’une alliance des pays membres aux gouvernements d’extrême droite, à l’instar de la Hongrie de Viktor Orban, avec une politique de nationalisme et de populisme. Cela posera alors la question de l’unité de l’UE, notamment dans le dossier brûlant de la guerre en Ukraine. « Giorgia Meloni a suivi les positions de Mario Draghi sur la Russie, mais ce n’est pas le cas de Matteo Salvini ou Sivio Berlusconi, réputés pour leur proximité avec Vladimir Poutine », rappelle Dominique Moïsi.
La France peut-elle également subir ce changement de pouvoir ?

Cette tendance, si elle se confirme à l’automne, « n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron ». Le président français et l’ancien Premier ministre italien entretenaient une relation privilégiée, ce sont « deux hommes qui se comprennent, qui s’apprécient », souligne le spécialiste. D’autant que le locataire de l’Élysée et Matteo Salvini partagent déjà des anciennes querelles au sujet de la frontière franco-italienne, que certains réfugiés tentent de traverser.

« Il y a donc un risque pour Emmanuel Macron et la relation franco-italienne, et au-delà, pour la cohésion européenne, dans son image et ses choix en matière de politique étrangère », analyse Dominique Moïsi.

20 Minutes