Japon : Osaka teste un robot de distanciation sociale pour remplacer le personnel pendant la pandémie

Temps de lecture : 2 minutes

Équipé d’une caméra et de plusieurs capteurs, le robot Robovie est testé dans une boutique d’Osaka. Sa mission : contrôler le respect des mesures barrières.

Comment garder les magasins ouverts malgré la crise sanitaire ? Au Japon, en proie à une troisième vague de Covid-19, certains sont prêts à miser sur la technologie. Un robot qui impose le port du masque dans les magasins y est en effet en cours d’essai.

Équipé d’une caméra et de plusieurs capteurs, le robot Robovie, développé par l’Institut international de recherche sur les télécommunications de Kyoto, est actuellement testé dans la boutique d’un club de football d’Osaka.

Préprogrammé “en fonction de l’agencement du magasin”, le robot est capable d’identifier les clients qui ne portent pas de masque avant “de leur demander poliment d’en mettre un”. Précision du quotidien britannique : le robot ne s’adresse au client contrôlé qu’après qu’un opérateur ait confirmé à distance que le masque est bien manquant.

Avant-garde

Le robot est également capable d’utiliser ses lasers pour veiller au respect de la distanciation physique, en alertant les clients “lorsqu’ils se tiennent trop près les uns des autres” dans les rayons ou en faisant la queue pour payer.

Le Japon est depuis longtemps “à l’avant-garde de la recherche robotique”. Cette dernière cherche notamment à pallier le vieillissement rapide de la population et la diminution constante de la main-d’œuvre dans le pays.

Les robots japonais semblent particulièrement adaptés à la crise actuelle. D’après le quotidien, de plus en plus de “robots guérisseurs” sont commercialisés au Japon, pour aider les gens à faire face à l’isolement ou à réduire les contacts avec leurs amis et leur famille.

Il existe un boom des ventes de produits comme le chien robot Aibo de Sony, et signale l’intervention, dans une école maternelle de Nagoya, de Lovot, un robot de 43 cm aux grands yeux ronds, qui semble sorti d’un dessin animé. Sa mission : “aider les enfants à faire face au stress causé par la pandémie”.

The Telegraph