Japon : Un métis témoigne du “racisme poli” qui caractérise la société nippone

Le 27 janvier, Alonzo “Zo”., citoyen japonais métis, a filmé son contrôle par deux policiers japonais à la gare de Tokyo. Dans notre émission, le jeune professeur d’anglais revient sur cet incident qui met selon lui en lumière le “racisme poli” qui caractérise la société japonaise.

Les gens qui ont des ‘dreadlocks’ et qui sont ‘à la mode’ ont tendance à avoir de la drogue sur eux, selon mon expérience.” En janvier, la vidéo montrant deux agents de police japonais interpeller Alonzo “Zo” dans la gare de Tokyo a relancé sur Twitter des discussions autour de la thématique, méconnue et taboue, des préjugés racistes au Japon.

Pour Alonzo “Zo”, né de père bahaméen et de mère japonaise, ces images dévoilent un cas typique de contrôle au faciès : 

Le fait qu’ils m’ont arrêtés parce que j’ai des dreadlocks, c’est comme me dire que j’ai été arrêté parce que je suis noir. Je me suis dit, ok, il faut que je filme ça, c’est absurde. Et je suis Japonais, je ne sais même pas pourquoi je dois avoir peur sans raison. J’ai vécu au Japon toute ma vie, je suis né et j’ai grandi ici, mais je n’ai jamais senti que j’étais vraiment à ma place. Il y a une forme très flagrante de racisme qu’on voit principalement aux États-Unis. Mais ici, c’est plus comme ce que j’appellerais un “racisme gentil”.