Jeux olympiques : Les athlètes américains pourront protester contre le racisme

Le Comité olympique et paralympique des États-Unis (USOPC) ne sanctionnera pas les athlètes américains qui protesteraient de manière « respectueuse » contre le racisme lors des JO de Tokyo 2020, et encourage le Comité international olympique à revoir ses directives.

[…] Le CIO a mis à jour ses règles sur l’activisme des athlètes en janvier, bannissant toute forme de revendication sur les podiums et les terrains de sport. Ce sujet a pris de l’ampleur dans le contexte des manifestations massives après la mort en mai aux États-Unis de George Floyd, un homme noir tué par un policier blanc, suivis de nombreuses démonstrations antiracistes sur les terrains de sport, notamment de NBA.

Le droit des athlètes à défendre la justice raciale et sociale « s’aligne absolument sur les valeurs fondamentales d’égalité qui définissent l’équipe des États-Unis et les mouvements olympique et paralympique », a estimé jeudi la directrice générale de l’USOPC, Sarah Hirshland.

« Nous sommes convaincus que les athlètes de la Team USA, […], peuvent être une force de premier plan pour le bien collectif, et nous sommes fiers de plaider en faveur […] de voies d’expression respectueuses des athlètes au sein de notre communauté sportive », a soutenu la présidente du comité, Susanne Lyons.

L’USOPC a de ce fait demandé au Comité international olympique (CIO) et au Comité international paralympique de mettre à jour leurs directives pour permettre « des actions pacifiques qui défendent spécifiquement les droits de l’Homme et la justice raciale et sociale », tout en les distinguant des « manifestations visant à diviser » et des « discours de haine ».[…]

Ouest-France