JO de Tokyo : suspension confirmée en appel pour l’athlète américaine Brianna McNeal, elle ne disputera pas le 100m haies

Lausanne : Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté vendredi l’appel de Brianna McNeal contre une suspension de cinq ans pour avoir transgressé des règles relatives au dopage, ce qui empêchera l’Américaine de défendre son titre de championne olympique du 100 mètres haies lors des Jeux de Tokyo

Le 4 juin, McNeal avait été sanctionnée par l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (UIA) pour « entrave dans le processus de gestion des résultats, en violation des règles antidopage de la Fédération internationale d’athlétisme » […].

Dans une entrevue publiée dans le quotidien The New York Times avant que la décision du TAS ne soit connue, McNeal a expliqué que l’affaire est liée à un contrôle antidopage qu’elle a manqué en janvier 2020, alors qu’elle se remettait d’une opération pour provoquer un avortement.

Lors d’une correspondance ultérieure avec l’UIA pour confirmer les détails, l’athlète de 29 ans a dit avoir changé la date sur des documents médicaux après qu’elle se soit trompée quant à la date de l’opération.

Pour McNeal, il s’agit d’une deuxième suspension en carrière. Elle avait raté la saison 2017 après avoir raté des contrôles antidopage…

La Presse

Selon les informations du New York Times, McNeal a levé le voile sur un contrôle antidopage manqué (sur trois en douze mois), en janvier 2020. La championne olympique en titre a subi un avortement le 10, la veille du passage du contrôleur et encore sous le choc de la procédure, dit qu’elle ne l’avait pas entendu sonner. Mais, selon le média américain, l’AIU a relevé des incohérences dans les dates des documents fournis par l’athlète pour se justifier. Perturbée et voulant à tout prix garder pour elle la nature de la procédure, elle avait modifié elle-même la date des documents, persuadée d’avoir avorté le 11 janvier, et que donc la clinique s’était trompée d’un jour.
L’Equipe