Juneteenth, la fête célébrée le 19 juin, nouveau jour férié aux États-Unis

Le président américain Joe Biden salue Opal Lee, figure de Juneteenth, après la signature du décrêt faisant de Juneteenth une fête fédérale © AFP – Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Le 19 juin est désormais un jour férié aux États-Unis. Cette année, le 19 juin tombant un dimanche, c’est lundi 20 juin qui sera chômé. Juneteenth marque un évènement à la fois grave et insolite dans l’histoire de l’esclavage aux États-Unis.

Juneteenth marque l’émancipation des esclaves depuis 1865. Les États ont toujours célébré l’évènement, mais le 19 juin n’est férié au niveau fédéral que depuis l’an dernier. Depuis la mort de George Floyd en 2020, tué dans la rue par un policier blanc à Minneapolis, cette journée revêt une tonalité particulière.

Le 19 juin 1865, des esclaves apprennent qu’ils sont libres depuis deux ans

Guerre de Sécession, avril 1865. Cette guerre civile entre les forces du nord (abolitionnistes) et les forces du sud (esclavagistes) se termine. Le Général Lee menant les troupes sudistes se résout à rendre les armes à Appomattox, en Virginie. Deux mois plus tard, le 19 juin 1865, Gordon Granger, un général des forces du nord, arrive à Galveston, au Texas, pour annoncer la nouvelle aux esclaves : ils sont libres et la Guerre civile est finie. Or, le Président Lincoln a annoncé la fin de l’esclavage et signé deux ans plus tôt, la “Proclamation d’Émancipation“. Il avait déclaré immédiate la liberté pour les esclaves résidant sur le territoire de la Confédération Sudiste.

Pourtant, le Texas faisait partie de la Confédération (les États confédérés esclavagistes). Lorsque le Général Granger vient annoncer l’abolition, les esclaves ne sont pas au courant de la signature de 1863. Le Texas devient ainsi le 19 juin 1865 le dernier État à libérer ses esclaves. Cette annonce marque la mise en application officielle de la Proclamation d’Émancipation signée par le Président Abraham Lincoln. Il aura donc fallu deux ans et demi pour que ce texte soit réellement effectif. Cette fête ne célèbre donc pas l’abolition de l’esclavage. Quatre États avaient fait de Juneteenth une journée de congé payé : le Texas, New York, la Virginie et l’État de Washington. Mais désormais, il s’agit d’une fête marquée au niveau fédéral.

A Galveston, Texas, le 19 juin 2021, des habitants défilent pour Juneteenth © AFP – Mark Felix

Juneteenth, contraction de “june” et “nineteenth”

L’expression Juneteenth est tout simplement la contraction de juin (june en anglais) et de dix-neuf (nineteenth en anglais). Cette journée est aussi appelée “Juneteenth Independence Day”, “Freedom Day” ou “Emancipation Day.”

Quatre États avaient fait de Juneteenth une journée de congé payé : le Texas, New York, la Virginie et l’État de Washington. mais désormais, il s’agit d’une fête marquée au niveau fédéral.

Auparavant, la fête était célébrée par des prières. Parfois, d’anciens esclaves, puis leurs descendants, saisissaient l’occasion pour faire un pèlerinage jusqu’à Galveston au Texas.

À Houston, la plus grande ville du Texas, les rassemblements ont lieu désormais chaque année sur la grande place “Juneteenth square”.

Atlanta, Washington, Los Angeles, Chicago, Detroit organisent des défilés, des festivals. L’an dernier, Galveston a inauguré une fresque murale de plus de 400 mètres carrés intitulée “Absolute Equality”, précisément là où le Général Granger avait informé les esclaves de leur liberté.

La dernière fois qu’une fête nationale était décrétée aux États-Unis, c’était en 1983 avec l’instauration du Martin Luther King Jr. Day.

La fresque murale de Galveston, là où le général Gordon Granger a émis les ordres qui ont abouti à la liberté de plus de 250 000 Noirs en esclavage au Texas. © AFP – Reginald Mathalone / NurPhoto

France Culture