La Commission veut “abolir le règlement de Dublin” sur les demandes d’asile

Temps de lecture : < 1 minute

AFP / le 16 septembre 2020 à 15h05

La Commission européenne veut “abolir” le règlement de “Dublin” confiant la responsabilité du traitement des demandes d’asile au pays de première entrée des migrants dans l’UE, a déclaré mercredi la cheffe de l’exécutif européen Ursula von der Leyen.

La Commission doit présenter le 23 septembre sa proposition de réforme de la politique migratoire européenne, très attendue et plusieurs fois repoussée, alors que le débat sur le manque de solidarité entre pays Européens a été relancé par l’incendie du camp de Moria sur lîle grecque de Lesbos.

“Au cœur (de la réforme) il y a un engagement pour un système plus européen”, a déclaré Ursula von der Leyen devant le Parlement européen. “Je peux annoncer que nous allons abolir le règlement de Dublin et le remplacer par un nouveau système européen de gouvernance de la migration”, a-t-elle poursuivi. “Il y aura des structures communes pour l’asile et le retour. Et il y aura un nouveau mécanisme fort de solidarité”, a-t-elle dit, alors que les pays qui sont en première ligne d’arrivée des migrants (Grèce, Malte, Italie notamment) se plaignent de devoir faire face à une charge disproportionnée.

La proposition de réforme de la Commission devra encore être acceptée par les Etats. Cinq ans après la crise migratoire de 2015, la question de l’accueil des migrants est un sujet qui reste source de profondes divisions en Europe, certains pays de l’Est refusant d’accueillir des demandeurs d’asile.

12 Commentaires

  1. Posté sur Fds, je veux partager ça avec vous :

    A propos de gros nez agressifs, je viens d’être agressé par l’un d’entre eux. Pas vraiment dans un shithole mais au centre-ville de Boulogne dans les Hauts-de-Seine.

    Je marchais tranquillement lorsque mon regard croise celui, yeux mi-clos, d’un gros nez semi-aviné et mâchouillant du pain.

    Au moment où je passe à sa hauteur, il me lance un morceau de pain au visage, ce qui m’irrite “un peu” et me conduit à le pousser violemment. Il revient vers moi et sors une paire de ciseaux de son sac ce qui m’oblige à aller au contact et à le pousser à terre (terrasses pleines de monde, environ 17h30). Je lui mets un pain dans la tête quand il est au sol, assez raté il faut bien le dire, car il essaie de se relever avec sa pointe.

    Là, un mouloud de terrasse me ceinture doucement et brièvement en me disant “attends il est bourré !”, ce à quoi je réponds que je ne vais me laisser pointer par personne, bourré ou pas. Je voulais “finir” le gros nez car je savais que j’avais affaire à une espèce de migrant qui n’écoperait de rien du tout devant un juge, même si j’étais lardé de coups de ciseaux. Mais j’ai bien vu que le maghrébique (et ses potes attablés en spectateurs, et soutien potentiel) tentait de me faire laisser tomber l’affaire, mais sans tenter de neutraliser monsieur gros nez et sa paire de ciseaux. Ce qui me fait lui dire “ben vas-y arrête-le toi si tu ne veux pas que je le finisse”.

    Ca s’est fini en eau de boudin, le gros nez s’était fait mal en tombant, et moi je suis parti regagner mon véhicule. Je sentais la foule partagée entre ceux qui me soutenaient, Blancs évidemment, et les divers qui traînaient, partagés entre le respect lié au fait que je me défende et la cause de la race.

    Voilà voilà, une journée ordinaire en shitholie parisienne, mais c’est le gros nez qui a mangé sa part. Si j’avais eu affaire à deux types ou plus, pas avinés mais speed, eh bien je serais peut-être mort et aurait eu droit à un énième article dans la PQR, repris sur Fdesouche. Quelle chance.

    • Nous avons 2 catégories d’ennemis, les stigmatisés et les juges, lu sur twitter, une fille s’est pris 700€ d’amende suite à la plainte de son agresseur qu’elle avait aspergé de lacrymo ce qui lui avait cramé un œil..

    • J’y ai passé 25 ans et y élevé mes enfants. Je l’ai vu se shitholiser de manière surréaliste. Il faut voir la sortie des écoles et lycées aujourd’hui. Depuis leur adolescence mes enfants n’y sont jamais sortis sans lacrymo. Mon fils aîné , précautionneux, préfère une télescopique et un cure dent (il a toujours pratiqué des sports de combat depuis l’enfance). Une assurance en cas de pépin quoi, avec pour consigne de ne pas rester débrieffer sur place et d’abréger sans laisser sa carte de visite.
      Cet exemple est symptomatique de l’envenimement éclair d’une situation banale se terminant toujours mal, quelle qu’en soit l’issue, pour le protagoniste DS. Pas de soutien de sa race, voire de la réprobation, mais par contre bloc instantané des divers benetton en face.
      Sortir à Pourris et sa banlieue est la variante fronçaise de la roulette russe: soit il ne se passe rien, soit c’est les urgences (au mieux) ou un pardessus en bois.

  2. Dublin ou pas, ils sont là, trop nombreux, très dangereux, parmi eux des fous, des criminels, des violeurs, des soldats d’allah, et peut être une poignée (mais une seule) d’honnêtes gens…
    Pour moi c’est :tous dehors !

    • Les “honnêtes” ont des poussettes pleines et la CAF pour les entretenir, sont encore pires que les autres.

      • Les poussettes pleines c’est aussi des soldats d’allah…
        Les honnêtes c’est ceux qui veulent bosser 😊
        Et puis j’ai parlé d’une poignée, et les poussettes c’est pas une poignée 😂

Les commentaires sont fermés.