La France va utiliser les bateaux de Corsica Linea pour expulser les sans-papiers algériens

La France a décidé de recourir à des bateaux pour l’expulsion des sans-papiers algériens vivant sur son territoire. Une décision radicale qui intervient dans un contexte marqué par le retour à la normale des relations entre l’Algérie et la France, après une brouille de plusieurs mois.

La question du renvoi des sans-papiers algériens a toujours constitué un point de discorde entre les autorités françaises et leurs homologues algériens. On se souvient de l’épisode de septembre 2021 lorsque le gouvernement français avait pris la décision de réduire de 50 % le nombre de visas accordés aux Algériens en « représailles » au refus d’Alger de rapatrier ses ressortissants faisant l’objet de mesures d’expulsion.

Selon les chiffres annoncés par le ministère français de l’Intérieur, sur les 7 731 obligations de quitter le territoire français (OQTF) ordonnées par la justice française contre les ressortissants illégaux algériens, seulement 22 ont été exécutées en 2021, soit à peine 0,2 %. La mesure de réduire le nombre de visas a été également prise par la France à l’égard du Maroc et de la Tunisie pour le même motif.

Apparemment les autorités françaises sont décidées à faire expulser les migrants illégaux algériens se trouvant sur son territoire. Elles vont désormais recourir à des bateaux pour faire expulser les migrants algériens vivant illégalement sur son territoire. Une mesure qui concernerait également les ressortissants tunisiens.

Les sans-papiers tunisiens également concernés, mais pas les Marocains

En effet, selon El Watan citant le site « Africa Intelligence », le Secrétariat général pour l’administration de la police (SGAP) de Marseille, qui dépend du ministère de l’Intérieur français, « a conclu le 14 mai deux contrats à destination de l’Algérie et de la Tunisie avec l’entreprise de transport maritime Corsica Linea », qui effectue régulièrement des liaisons avec le Maghreb. Toutefois, les migrants clandestins du Maroc ne figurent pas dans le programme d’expulsion, précise la même source.

Selon les clauses des deux contrats signés par la Police de Marseille et la compagnie maritime Cosrica Linea, cette dernière « prévoit des cabines sécurisées puisque le rapatriement forcé sera assuré par une escorte qui accompagnera de près les expulsés tout au long du trajet », précise-t-on. Cela veut dire que les sans-papiers algériens expulsés depuis la France vont prendre le même bateau que celui des voyageurs réguliers à destination de l’Algérie.

Pour rappel, l’Espagne a déjà eu recours depuis novembre 2021 à des bateaux de la compagnie maritime espagnole Trasmediterránea pour l’expulsion de migrants clandestins algériens de son territoire. La dernière opération du genre a eu lieu le 1er février dernier, lors de laquelle plus de 40 sans-papiers algériens ont été expulsés par les autorités espagnoles depuis le port d’Almeria vers celui d’Oran.

ObservAlgérie