La justice reconnaît le contrôle au faciès de trois lycéens d’Epinay, l’Etat condamné

Les trois anciens élèves d’un établissement de Seine-Saint-Denis, qui avaient attaqué l’Etat en 2017, ont obtenu gain de cause auprès de la Cour d’appel de Paris. Ils avaient été contrôlés à la gare du Nord, au retour d’un voyage scolaire.

Paris (VIIIe), lundi 17 décembre. Zakaria et Mamadou, deux des anciens lycéens avec leur enseignante Elise Boscherel et leur avocat Slim Ben Achour (à droite). 

Ce mardi, la Cour d’appel de Paris a estimé que les trois anciens lycéens d’Épinay-sur-Seine, contrôlés par des policiers à la gare du Nord au retour d’un voyage scolaire à Bruxelles le 1er mars 2017, avaient bien été victimes d’une discrimination. Une « faute lourde de l’Etat » selon la justice…[…].

Ces trois jeunes français d’origine comorienne, marocaine et malienne et âgés de 17 ou 18 ans au moment des faits, qui se disaient victimes d’un contrôle au faciès lors de cette sortie scolaire…[…].

Le Parisien