La migration mondiale diminue de 30% en raison de la pandémie, selon l’ONU

La pandémie de coronavirus a ralenti la migration mondiale de près de 30%, avec environ deux millions de personnes de moins que prévu migrant entre 2019 et 2020, selon un rapport de l’ONU publié vendredi. Quelque 281 millions de personnes vivaient hors de leur pays d’origine en 2020.

Le rapport, intitulé «Migration internationale 2020», a montré que les deux tiers des migrants enregistrés vivaient dans 20 pays seulement, les États-Unis en tête de liste, avec 51 millions de migrants internationaux en 2020.

Viennent ensuite l’Allemagne avec 16 millions, l’Arabie saoudite avec 13 millions, la Russie avec 12 millions et la Grande-Bretagne avec 9 millions. L’Inde était en tête de la liste des pays comptant les plus grandes diasporas en 2020, avec 18 millions d’Indiens vivant en dehors de leur pays de naissance.

Les autres pays dotés d’une importante communauté transnationale comprennent le Mexique et la Russie, chacun avec 11 millions, la Chine avec 10 millions et la Syrie avec huit millions. En 2020, le plus grand nombre de migrants internationaux résidait en Europe, avec un total de 87 millions.

Près de la moitié des migrants internationaux résidaient dans la région d’où ils venaient, l’Europe représentant la plus grande part de la migration intra-régionale. Environ 70% des migrants nés en Europe vivent dans un autre pays européen.

Les réfugiés représentent 12% de tous les migrants internationaux, selon le rapport, avec environ 80% hébergés dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

La Minute.info

2 thoughts on “La migration mondiale diminue de 30% en raison de la pandémie, selon l’ONU

  • Avatar

    Payez-leur directement des billets d’avion, en plus ça va renflouer les caisses des compagnies aériennes, et pat là même occasion embaucher tous ces ingénieurs et techniciens en aéronautique potentiels: la boucle est bouclée.

Commentaires fermés.