La Rochelle (17) : « Étrangination, la notion d’étranger née de notre imagination », un recueil de textes au profit de l’association Solidarité Migrants

Treize auteurs ont écrit bénévolement pour publier “Étrangination”. Sous la direction d’Olivier Ginestet, fondateur de la maison d’édition rochelaise Amok, ce recueil de textes a pour objectif de soutenir les réfugiés et les migrants. Dans les 113 pages que compte l’ouvrage, nouvelles, contes, poèmes et chansons sont réunis, avec un thème commun : la migration. « L’idée, c’était d’avoir zéro contrainte, j’ai donné carte blanche aux auteurs », explique l’éditeur.

“Étrangination” est le premier ouvrage collectif et associatif qu’édite Amok. Les droits d’auteur – le profit de l’éditeur et des auteurs sur les ventes du livre -, sont reversés à l’association Solidarité Migrants à La Rochelle. « Si on atteint 3.000 euros, on est contents », poursuit Olivier Ginestet. Pour l’instant, 1.000 livres ont été tirés. Publié en octobre 2020, durant le deuxième confinement, “Étrangination” se bat contre la pandémie. « Le distributeur n’a pas pu présenter l’ouvrage en librairie, et une grande partie des salons littéraires ont été annulés, se désole l’éditeur. C’est frustrant ! »

Un ouvrage collectif et associatif

« J’imagine que ce sujet est un des combats du siècle », précise l’éditeur. La crise des réfugiés et des migrants au XXIe siècle accable l’éditeur. « C’est dramatique. » Il souhaite sensibiliser grâce à “Étrangination” : « Ce qui me fait plaisir, c’est que les auteurs m’ont suivi. » Olivier Ginestet sélectionne les écrivains au vu de leur lien avec le thème. Par exemple, Azad Ziya Eren, migrant kurde et réfugié politique en France, écrit des poèmes sur la thématique.

Investie dans des actions solidaires

Des romans courts – entre 100 et 150 pages -, une charte graphique composée principalement d’illustrations de l’artiste Fred4nier : la maison d’édition rochelaise est facilement reconnaissable en librairie. Avec un rythme moyen de 5 livres par an, Amok commence à se faire connaître, surtout depuis son partenariat avec un distributeur national, il y a un an. « On reçoit des livres tous les jours, on est bouclé pendant deux, trois ans », confirme l’éditeur.

La maison s’est déjà montrée investie dans des actions solidaires. Pendant la crise sanitaire, Amok donne des livres aux personnels soignants ainsi qu’aux étudiants pour se changer les idées, ou pour essayer de pallier l’isolement du confinement. « On aide avec les moyens qu’on a », atteste Olivier Ginestet.

Multiples casquettes

Olivier Ginestet se découvre une passion pour la littérature à l’âge de 17 ans, alors qu’il est alité à la suite d’un accident de moto. Il devient bibliothécaire au conservatoire de musique de La Rochelle. Puis, il commence à écrire. D’abord, des documentaires, puis des romans. À force de rencontres dans des salons du Livre, il se forme un réseau et décide de tenter sa chance en tant qu’éditeur. Amok est ainsi créée en 2016, avec le statut d’association. Mais l’homme de 44 ans avoue : « C’est compliqué d’en vivre. » Il garde donc son premier travail de bibliothécaire. En plus, il donne des cours de culture générale à l’Université de La Rochelle.

Sud-Ouest