L’armée de Terre va recevoir un premier lot de 77 systèmes de micro-drones Anafi

Capacité de la caméra du drone Anafi © Parrot

En janvier, la Direction générale de l’armement [DGA] avait annoncé la commande de 300 micro-drones Anafi auprès du groupe français Parrot, au titre d’une procédure qui, lancée en février 2020, prévoyait alors l’acquisition de 2’000 appareils de ce type via un contrat-cadre de cinq ans.

Implanté au quartier « général d’Aboville », qui abrite aussi le 61e Régiment d’Artillerie [RA] à Chaumont [52], le centre de formation des drones de l’armée de Terre [CFD-AT], va recevoir les 77 premiers systèmes de micro-drones Anafi commandés dix mois plus tôt [soit 144 appareils au total, un système se composant de deux drones, nldr]. La presse a d’ailleurs conviée à assister à la remise de ces équipements le 23 novembre prochain.

Mais ce micro-drone Anafi USA, développé initialement pour répondre à une sollicitation de l’US Army, aura un autre nom pour l’armée de Terre. Et cette fois, la mythologie antique n’aura pas été une source d’inspiration, pas plus que le traditionnel bestiaire… En effet, le ministère des Armées a précisé que cet appareil s’appellerait « Gylfie » [*], du nom d’une « chouette légendaire » figurant dans l’oeuvre de Kathryn Lasky, une écrivaine de livres pour enfants [dont la série « Les Gardiens de Ga’hoole »].

Les premiers systèmes Anafi seront déployés en opération dès le début de l’année 2022. En effet, à la différence des autres drones, tels le SMDR ou le NX-70 déjà en services, ceux livrés par Parrot sont conçu de telle sorte que les non-spécialistes peuvent les mettre en oeuvre après une courte formation. C’était d’ailleurs l’une des exigences de la DGA.

D’une autonomie de 32 minutes, le drone Anafi [ou « Gylfie »] est doté d’une caméra thermique FLIR Boson et de deux caméras 4K d’une résolution de 21 mégapixels. Il peut ainsi détecter des cibles de taille humaine jusqu’à 2 km de distance tout en étant discret. Selon son fabricant, il est « inaudible dès 130 mètres ».

Au sein de l’armée de Terre, ces systèmes de micro-drones seront utilisés pour utilisés pour des missions de surveillance, d’escorte de convoi et de recherches de menaces lors d’opérations. Ils « sont adaptés au besoin de protection de toutes les fonctions opérationnelles, pour les unités de contact, d’appui et même de soutien », assure le ministère des Armées. Ils équiperont également la Marine nationale et l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE].

[*] L’appellation « Gylfie » n’est pas encore officielle, contrairement à ce qu’a avancé le ministère des Armées étant donné qu’elle n’a pas encore été validée, la romancière ayant créé ce nom n’ayant pas encore été contactée pour donner son accord.

opex 360