Le Blanc-Mesnil (93) : La fachosphère s’infiltre dans la bibliothèque

La ville du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis annonce l’achat de 4.000 ouvrages référencés par l’association Alexandre et Aristote, créée par une proche d’Éric Zemmour et subventionnée par la mairie. Une intervention inquiétante dans la politique documentaire des médiathèques.

La photo de famille date du 29 janvier dernier : au centre, le maire ex-LR du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, entouré de son directeur de cabinet, Vijay Monany, proche de l’extrême droite, de Sarah Knafo et Alexandre Galien, fondateurs d’Alexandre et Aristote. Devant des bibliothécaires médusés, se déroule à la médiathèque Édouard-Glissant une présentation de l’association à laquelle la mairie vient d’accorder une subvention de 20.000 euros.

Quelques jours plus tard, c’est au tour des enseignants du lycée technique Aristide-Briand de rencontrer les créateurs de ce nouvel outil de promotion de la lecture. L’idée est simple : « Dis-nous qui tu es, nous te dirons quoi lire ! » clame la page d’accueil du site d’Alexandre et Aristote, qui renvoie vers des sites marchands (Fnac, la Procure et Amazon, remplacé par Place des libraires).

En quelques clics, l’utilisateur doit répondre à un questionnaire sur ses habitudes de lecture (dans le métro, au café ou à la plage), et sur ses centres d’intérêt. Quatre rubriques sont proposées : « Renforcer ta culture politique », « Réussir ton concours et tes études », « Lire de belles histoires », « Te cultiver tout simplement ». Le tutoiement de rigueur s’adresse clairement aux jeunes, que l’association souhaite « guider dans (leur) parcours intellectuel ». En poussant un peu plus loin la recherche, on se rend compte que l’algorithme, qui fonctionne avec une base de 8.000 ouvrages, a le cœur très à droite.

À la rubrique « Culture de droite », en activant le filtre « Politique », on ne tombe pas sur les mémoires du général de Gaulle ou sur les livres de Raymond Aron mais sur ceux de Jean Raspail, Éric Zemmour, Eugénie Bastié et Henri Guaino. Plus étonnant, en cliquant sur l’icône « Culture progressiste » (illustrée par un drapeau LGBT), le site nous oriente vers les mêmes ouvrages, auxquels s’ajoutent ceux d’Édouard Philippe et de Philippe Séguin. Le nom de Gustave Le Bon, auteur de la Psychologie des foules (dont s’est inspiré Mussolini), apparaît en bonne place dans plusieurs rubriques.

Aucune concertation avec les professionnels

Contactés par téléphone, Sarah Knafo et Alexandre Galien se défendent de privilégier les ouvrages de droite : « Nous avons établi cette liste à partir de nos bibliothèques respectives, nous avons le sentiment que c’est plutôt paritaire. » […]

Sarah Knafo, entremetteuse des droites extrêmes

La haute fonctionnaire à l’origine d’Alexandre & Aristote, militante souverainiste de l’ombre, travaille à structurer la droite de la droite. Avec, pour figure pivot, son poulain, Éric Zemmour.

Son appartement, au cœur du Quartier latin, est un de ces lieux où l’extrême droite tisse ses réseaux. Où ses acteurs se rencontrent, se jaugent, s’accordent parfois. À 26 ans, Sarah Knafo travaille, comme Patrick Buisson en son temps (avant que les projecteurs médiatiques ne le mettent à découvert), à consolider cette droite de la droite qui tente de se développer à l’ombre de Marine Le Pen.

Selon l’Obs, c’est chez cette discrète énarque de la promotion Molière, nommée magistrate à la Cour des comptes depuis janvier 2020, que se sont rencontrés début février Éric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan, pour évoquer une potentielle candidature du polémiste en 2022. Chez elle encore que ce dernier a pu discuter avec Marion Maréchal ou encore le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. Chez elle, donc, que l’union des droites fait son chemin. […]

L’Humanité