Le confinement montre que 30% des adolescents ne savent plus utiliser un PC

Avec la pandémie, l’enseignement à distance s’est démocratisé et a mis en exergue les lacunes des élèves en informatique. D’après une étude relayée par le média suisse RTS, 30% des 9-16 ans n’utilisent jamais ou quasiment jamais d’ordinateur pour aller sur Internet, préférant leur smartphone ou leur tablette.

Avec les confinements successifs et les mesures prises pour lutter contre la Covid-19, l’enseignement à distance s’est rapidement démocratisé et encore aujourd’hui de nombreux étudiants et lycéens doivent se plier au jeu des études à la maison. Ces changements ont d’ailleurs poussé l’Éducation Nationale à mettre en avant l’usage de logiciels libres dans le cadre de l’enseignement à distance.

Un projet intelligent, qui a le mérite de mettre tous les élèves sur un pied d’égalité, puisqu’ils ne sont pas soumis à l’achat d’une licence d’exploitation propriétaire, impérative pour utiliser la suite Adobe ou Microsoft Office par exemple. Seulement, le recours massif à l’enseignement distance a aussi révélé les lacunes des élèves en informatique basique. 

Des difficultés pour des tâches basiques

Selon une étude menée par la plateforme Jeunes et Médias et relayée par nos confrères suisses de Radio Television Suisse (RTS), 30% des 9-16 ans n’utilisent jamais ou quasiment l’ordinateur pour surfer sur le Net. Les sondés préfèrent leur smartphone ou leur tablette, avec lequel ils sont familiers et bien plus à l’aise. Contactés par RTS, des enseignants suisses ont confirmé que les élèves montraient des difficultés pour effectuer des tâches informatiques simples, comme envoyer un mail ou ouvrir une pièce jointe.

Remplir un tableau Excel, écrire un CV sur Word en mettant des termes en gras et en italique, utiliser Paint pour faire quelques retouches photo, réaliser un Powerpoint, ces quelques actions essentielles s’avèrent compliquées pour de nombreux collégiens, lycéens et étudiants. “On se dit qu’ils sont tout le temps sur le téléphone, qu’ils maîtrisent les outils informatiques, mais on voit au quotidien que lire un mail n’est pas dans leurs habitudes. Mettre une pièce jointe peut s’avérer compliqué”, explique dans le journal La Matinale une enseignante du Centre professionnel du Nord vaudois.

Elle poursuit : “À la maison, certains ont des ordinateurs, mais pour jouer. Ils n’ont jamais ouvert le traitement de texte. Certains ne savent pas mettre du gras ou faire une majuscule”. La professeure précise qu’elle a dû opter pour WhatsApp pour communiquer avec ses élèves lorsque les écoles étaient fermées, en raison des difficultés éprouvées pour discuter par mail. 

En Suisse, certaines écoles ont décidé de prendre le problème à bras le corps, en instaurant des formations à l’utilisation de divers logiciels de traitement de texte comme Word, ou bien de plateformes de travail collaboratif comme Microsoft Teams. En France, l’enseignement de l’informatique (codage et algorithmique) est introduit au collège, et une sensibilisation au codage est proposée à l’école primaire. 

PhonAndroid