Le Creusot (71) : Sous le coup d’une OQTF et d’une interdiction de retour sur le territoire français, des Egyptiens albanais redoutent… une expulsion

Au mois de juillet 2021, Artan et Vjola Abedini reçoivent une assignation à résidence avec obligation de signer au commissariat du lundi au vendredi. Le 07 Octobre dernier, ils reçoivent un courrier contenant une mesure d’IRTF (interdiction de retour sur le territoire français) ainsi qu’une obligation de signer 7 jours sur 7. L’étau se resserre chaque jour davantage. Ce mardi matin, ils se voient remettre lors de leur pointage au commissariat un papier “dépistage covid 19 avant exécution d’un éloignement

[…] Ils font partie de la minorité égyptienne et celle-ci est victime de racisme en Albanie. Artan et Vjola n’ont jamais été scolarisés, leurs enfants ne l’étaient pas non plus avant d’arriver en France […].

Artan a des soucis de santé qu’il ne pouvait pas soigner en Albanie. En France, il a pu avoir accès à des soins et à un traitement qui lui permet de retrouver une vie normale. En Albanie, leurs familles ont refusé leur union, et pour les punir, ont fait saisir la maison qu’avait construite Artan par le tribunal.
Ils n’ont plus rien en Albanie, sauf les problèmes. Et si c’était nous et nos enfants ? …

Creusot Infos

L’interdiction de retour sur le territoire français, reçue par le couple albanais Abedini et ses deux enfants scolarisés au Creusot, présage d’un « avenir sombre ».

« On se sent totalement impuissantes, mais on sait que la cause est juste », déclare Nellie Piriot. Avec Fanette Decerle, parent d’élève de l’école Victor-Hugo au Creusot, elle se mobilise pour la famille Abedini. Le couple d’origine albanaise, avec deux enfants – Selvi en CE1 et Arthur en CM1 –, a reçu le 7 octobre une interdiction de retour sur le territoire français. Un document qui émane du préfet de Saône-et-Loire et qui fait suite à une obligation de quitter le territoire. Cette procédure interdit au couple de revenir en France, mais aussi dans n’importe quel pays de l’espace Schengen.

[…] Ce qui risque d’arriver, selon eux, et qui constitue leur inquiétude majeure : c’est un retour en Albanie. «Nous risquons notre vie ou la prison. Nous sommes victimes de discrimination en Albanie», assure la mère de famille albanaise, dans un français approximatif. Laquelle confie également avoir tout perdu dans son pays d’origine […].

« C’est triste », confie Moumen Achou, élu au Creusot.

En Albanie, conflits familiaux et quotidien douloureux

Quand le couple décrit sa vie en Albanie, il se remémore un quotidien douloureux : harcèlement par les forces de l’ordre, arrestation arbitraire ou encore menaces. « Nous avons rencontré des conflits familiaux, perdu notre maison. Et le racisme est présent. À cause de notre couleur de peau, on était discriminés. Nos enfants ne pouvaient pas aller à l’école en Albanie. C’était une catastrophe », déclarait la mère de famille, au mois de juin dernier, qui n’a jamais eu l’occasion d’aller à l’école. Le couple est arrivé en France en 2019. Les deux enfants déclarent n’avoir aucun souvenir de leur vie en Albanie et confient « ne pas avoir envie de partir. » …

JSL