Le grand rabbin de France Haïm Korsia, positif au Covid, n’ira pas en Algérie avec Emmanuel Macron

Positif au Covid, Haïm Korsia, le grand rabbin de France, ne pourra finalement pas accompagner Emmanuel Macron en voyage officiel en Algérie ce jeudi.

Haïm Korsia, le grand rabbin de France, ne part pas en Algérie ce jeudi. Alors qu’il devait faire partie du voyage officiel d’Emmanuel Macron, il a été testé positif au Covid. C’était la première fois qu’il devait se rendre en Algérie, le pays où sont nés ses parents et ses grands-parents. Au micro de RMC, la veille du départ, Haïm Korsia se disait “honoré de faire partie de cette large délégation”. “C’est le moment de se retrouver tous ensemble”, confiait-il.

“J’ai donné mon passeport aux autorités algériennes qui ont mis un visa, expliquait-il. C’est que je suis voulu, désiré, je dirais même, par les autorités algériennes. Ça va dans le sens de ce voyage. Ça va dans le sens de tout ce que j’ai toujours voulu porter: le rapprochement des religions dans un humanisme qu’on partage.”

Sur les réseaux sociaux, des messages antisémites ont visé le grand rabbin de France après l’annonce de sa présence dans la délégation officielle. Le leader des Frères musulmans en Algérie, Abderrazak Makri, avait également dénoncé cette visite.

Trois jours en Algérie pour Emmanuel Macron

Emmanuel Macron doit atterrir vers 16h (heure française) ce jeudi à Alger, où il sera accueilli par le président algérien Abdelmadjid Tebboune. C’est la deuxième fois qu’il se rend en Algérie en tant que président, après une première visite en décembre 2017, au tout début de son premier quinquennat.

L’objectif de la visite du président français, qui va durer trois jours, est de permettre un rapprochement et d’écrire une nouvelle page dans la relation entre Paris et Alger, avec la recherche d’un apaisement après plusieurs mois de tension. Une visite aussi orientée vers l’avenir, les start-up, l’innovation, la jeunesse, des secteurs nouveaux.

Avec la guerre en Ukraine et ses conséquences sur l’approvisionnement énergétique, la question du gaz algérien est également un grand enjeu de ce voyage d’Emmanuel Macron de l’autre côté de la Méditerranée.

RMC-BFM