Le luxueux patrimoine d’Éric Dupond-Moretti rendu public

Peu adepte de ce qu’il surnomme la “transpercence”, Eric Dupond-Moretti craignait que son patrimoine et ses revenus soient dévoilés au grand public. […] Devenu ministre de la Justice en juillet dernier, la star des prétoires a pourtant dû se soumettre à cette obligation issue des lois pour la confiance dans la vie politique de 2013, à l’instar de l’ensemble des membres du gouvernement Castex.

Si ses honoraires d’avocat, 70.000 euros net par mois avaient déjà “fuité” dans les médias, la publication de ses déclarations sur le site de la HATVP, ce mardi 24 novembre, recèle plusieurs autres détails croustillants.

Un garage bien rempli

Amateur de véhicules à moteur, le garde des Sceaux se “déclare” propriétaire d’une Bentley, une voiture de luxe estimée à 83.000 euros, ainsi que d’une moto Harley-Davidson, d’une valeur de 24.000 euros. Il possède également son propre bateau, acheté d’occasion pour un peu moins de 30.000 euros en 2014.

Autre signe d’une carrière réussie, le ténor du barreau soigne son horlogerie. A 59 ans, Eric Dupond-Moretti porte alternativement une montre Rolex Daytona, estimée à 13.000 euros, et un modèle de la prestigieuse manufacture horlogère suisse F.P. Journe, d’une valeur de 25.000 euros. Par ailleurs, le ministre de la Justice domicilie l’essentiel de ses avoirs bancaires, 470.000 euros environ, sur des comptes courants et des assurances vie au Crédit du Nord. Enfin, sa déclaration à la HATVP mentionne qu’il possède une somme de 12.000 euros en espèces.

Le théâtre et les livres lui rapportent gros !

Pour se constituer un patrimoine aussi rutilant, Eric Dupond-Moretti a appliqué une recette bien connue des businessmen : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! En marge de ses copieux revenus d’avocats (il dispose de la pleine propriété de son cabinet, dont la valeur est proche de 1,5 million d’euros) “Acquitator” a acheté des parts du bistrot de son fils, à Lille. Il a aussi fait fructifier son énorme célébrité en se produisant au théâtre, l’une de ses nombreuses passions.

Le succès de son spectacle “Dupond-Moretti à la barre”, joué à la Madeleine, lui a rapporté environ 180.000 euros en 2019, cachets et droits d’auteurs cumulés. Enfin, “EDM” a signé un juteux contrat avec l’éditeur Michel Lafon en 2014. La vente de ses livres, souvent des succès, lui a permis d’encaisser près de 12.000 euros par an, en moyenne, entre 2014 et 2019.

Capital