Le Mans (72) : Du Congo à la Sarthe, en passant par le Brésil, les Lufukuenda vont-ils être refoulés vers l’Espagne?

Arrivée au Mans en novembre 2020, la famille Lufukuenda a reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF) le 8 juin dernier. Quatre enfants et leurs parents sont menacés d’expulsion.


Congo. Brésil. Espagne. France. La famille congolaise Lufukuenda a voyagé. Pas pour le plaisir. C’était une nécessité vitale. «Ils ont fui leur pays d’origine, pour se protéger d’un régime violent. Certains de leurs proches en sont morts. Réfugiés au Brésil, ils ont connu la misère, le racisme, des attaques armées. La maman s’est fait tirer dessus. Alors, ils sont allés en Espagne. Là aussi, expulsés. Et enfin, la France. Mais aujourd’hui ils doivent partir.»

Il y a un mois, la famille a reçu une obligation de quitter le territoire. Selon les accords européens dits de “Dublin II”, c’est à l’Espagne que revient la faculté de leur accorder ou non l’asile. Statut pour l’instant refusé à la famille, qui n’a pour seule certitude que si la France met à exécution sa reconduite à la frontière, un avion la ramènera à Barcelone.


“Une vie digne pour Gabriel et sa famille” : voilà ce qu’on peut lire sur une affiche accrochée aux grilles du collège La Madeleine. Gabriel, c’est l’un des petits Lufukuenda : ce garçon, scolarisé dans l’établissement, est en situation de handicap cognitif et nécessite un suivi constant […].

“La famille Lufukuenda, les parents et leurs enfants, est originaire du Congo. Après y avoir perdu des proches au moment du changement de régime, son départ était inéluctable. Réfugiée un temps au Brésil, elle fut de nouveau, là-bas, en grande souffrance et témoin de scènes de crimes qui ont profondément marqué ses membres. Arrivés en Europe via l’Espagne, c’est au Mans qu’ils ont posé leurs valises il y a quelques mois : les quatre enfants sont scolarisés en lycée, collège et en primaire, où ils s’adaptent” explique Éric Demougin, secrétaire départemental de la FSU sarthoise, dans un communiqué de presse.

“L’un des enfants est porteur de handicap” souligne-t-on, avant d’en venir au fait : “Déboutés de leur droit d’asile, les Lufukuenda sont sous la menace d’une expulsion vers l’Espagne sans aucune garantie d’un asile, ils subissent en outre actuellement une grande précarité et risquent de se retrouver à la rue” […].

La famille fixée sur son sort ce mardi

A 15h ce mardi 6 juillet, la justice française fera connaître sa décision finale quant au sort des Lufukuenda…

SweetFM