Le militant d’extrême droite Ryssen condamné en appel à six mois de détention à domicile

Il est reproché à Hervé Lalin, dit Ryssen, d’avoir contesté un crime contre l’humanité et proféré des injures antisémites dans un livre publié en 2018.

Le militant d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a été condamné en appel à un an d’emprisonnement dont six mois ferme.

Le militant d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a été condamné en appel à un an d’emprisonnement dont six mois ferme, à purger à domicile avec un bracelet électronique, pour contestation de crime contre l’humanité et injure antisémite notamment, a-t-on appris lundi de source judiciaire. La cour d’appel de Paris a réduit la peine prononcée en janvier 2020 par le tribunal correctionnel, qui lui avait infligé huit mois ferme et 5 000 euros d’amende pour des extraits d’un livre publié en 2018, « L’antisémitisme sans complexe ni tabou, Plaidoyer pour la liberté d’expression ».

Incarcéré en septembre en exécution de trois peines d’emprisonnement ferme prononcées entre 2017 et 2020 pour des infractions similaires, l’homme de 53 ans a été remis en liberté mi-avril. Il doit être jugé mardi au côté de deux autres prévenus pour avoir agressé des journalistes de l’émission Quotidien lors d’une manifestation anti-PMA en 2019. La figure de l’ultradroite Yvan Benedetti est poursuivie pour « dégradation ». Le procès risque cependant d’être renvoyé.

Déjà seize condamnations

Dans son arrêt rendu le 12 mai, la cour d’appel a écarté une partie des propos condamnés en première instance, mais elle a reconnu Ryssen coupable de quatre délits, dont diffamation en raison de la religion et provocation à la haine contre les juifs. Comme en première instance, l’ancien professeur d’histoire a aussi été condamné à verser 1 000 euros de dommages et intérêts à la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), partie civile. « Je me base sur des documents, je n’insulte jamais personne », a-t-il déclaré à l’AFP le jour du rendu de la décision, contestant être négationniste.

Hervé Lalin a été condamné à seize reprises, dont dix fois pour des faits liés à de la diffamation ou de l’injure raciste ou antisémite. En février 2021, il s’est vu infliger un total de 3 200 euros d’amende pour contestation de crime contre l’humanité, diffamation et provocation à la haine dans des tweets sur la Shoah ou les juifs.

L’ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen avait déploré en septembre l’incarcération de Ryssen, ainsi que les condamnations récentes d’Alain Soral et Dieudonné pour des motifs proches. Un membre du bureau national (direction élargie) actuel du RN, l’ancien eurodéputé Bruno Gollnisch, avait lui aussi critiqué le fait que Hervé Lalin soit « emprisonné pour délit d’opinion ».

Le Parisien