Le président d’un refuge agressé après la mutilation de ses poneys (Maj) un turc placé en garde à vue

Selon nos informations, un homme de 50 ans a été interpellé ce lundi matin dans le Haut-Rhin. Il est suspecté de la mutilation de deux poneys dans l’Yonne à la fin du mois d’août.

C’est une avancée majeure dans un dossier extrêmement sensible et qui mobilise des dizaines d’enquêteurs depuis le début de l’été. Selon nos informations, un homme est actuellement en garde à vue dans le Haut-Rhin, suspecté d’être l’auteur d’attaques de chevaux dans l’Yonne dans la nuit du 24 au 25 août dernier. Il a été interpellé ce lundi matin par les gendarmes de la section de recherches de Dijon (Côte-d’Or), a confirmé le parquet de Sens en début d’après-midi, ce lundi. Des perquisitions sont en cours sur la vaste propriété de cet homme de 50 ans.

La suite: Le Parisien

____________________________________________________________________________

Un portrait robot aurait été dressé, Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai dans l’idée qu’on ne le verra jamais….

Je préfère ne pas vous dire la rage qui me prend, à lire le récit de ces actes ignobles depuis déjà de nombreuses semaines, alors qu’on semble (à part les propriétaires, bien sur), ne pas être trop pressé d’en retrouver les auteurs.

Il est vrai que ce ne sont que des animaux, et que l’urgence ne parait pas davantage revêtir de nécessité dès lors qu”il s’agit d’individus qui ne font pas partie non plus des espèces protégées par la gauche morale…

——————

«J’ai pu établir un portrait-robot», a indiqué la victime, qui assure avoir vu son agresseur «à 100%». HA OUI, ET LEQUEL ????

Une enquête a été ouverte après l’agression du président d’un refuge par des individus qui venaient de mutiler un de ses chevaux et deux poneys dans l’Yonne, a indiqué mercredi 26 août le parquet, tandis que ce type d’attaques se multiplient en France. Le portrait-robot d’un des deux agresseurs, âgés entre 40 et 50 ans, devait être diffusé ce mercredi à la presse et «d’importants moyens de gendarmerie» ont été mobilisés, a indiqué à l’AFP le procureur de la République d’Auxerre, Hugues de Phily.

Vers minuit, dans la nuit de lundi à mardi, Nicolas Demajean, président du Ranch de l’espoir, un refuge situé à Villefranche-Saint-Phal (Yonne), a été réveillé par des cris d’animaux avant de remarquer la présence de deux intrus dont il s’est rapidement rapproché, a-t-il raconté à l’AFP.

L’un d’eux lui a alors entaillé l’avant-bras gauche avec une serpette, avant que les agresseurs prennent la fuite. «J’ai pu établir un portrait-robot», a ajouté le président, qui assure avoir vu son agresseur «à 100%».

Deux poneys mutilés

Deux poneys ont été lacérés à l’arme blanche, l’un sur 50 cm, l’autre sur 25 cm, ainsi qu’un cheval de selle, avec une balafre de 20 cm, a précisé M. Demajean, qui a dû être hospitalisé, victime d’une incapacité totale de travail de quatre jours. «Il n’y a pas de mots. C’est de la barbarie, de la cruauté. Et un acte gratuit car ces animaux ne peuvent se défendre», a-t-il déclaré, encore très choqué. POURRITURES!!!!!

L’affaire fait écho à l’étrange série de morts violentes de chevaux mutilés dans plusieurs départements du territoire ces derniers mois, mais pour l’heure le parquet ne dispose «d’aucun élément permettant de faire le lien» avec les cas survenus ces dernières semaines, a déclaré le procureur. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches d’Auxerre.