Le professeur Mehdi Mejdoubi rassure ceux qui ont attrapé le virus après avoir été vaccinés et défend une troisième dose généralisée

Alors que 74,7 % des Français ont reçu toutes les doses (pour le moment) requises du vaccin contre le Covid-19, le pays serait face à une cinquième vague. Invité de BFMTV, le docteur Mehdi Mejdoubi s’est voulu rassurant. Alors que le présentateur le questionnait sur le nombre croissant de personnes tombant malades, en dépit d’un schéma vaccinal complet, l’homme de science a tenu à relativiser la situation.

Certes, ce n’est pas rassurant mais on évite les formes graves et c’est ça le plus important,,” a rassuré le Professeur Mehdi Mejdoubi

Le radiologue de formation a expliqué qu’être vacciné conservait des bénéfices, même en attrapant la maladie : “On peut avoir les symptômes d’une grosse grippe mais on évite l’hospitalisation et la réanimation. Ça ne contredit pas du tout l’objectif de vaccination. Quand on injecte le vaccin, il y a une immunité qui reste un certain temps. En moyenne, elle est forte pendant six mois. Mais certains la perdent au bout de quatre mois alors que d’autres la gardent de dix à douze mois.

Le fait que des personnes vaccinées attrapent le Covid-19 ne contredit pas l’objectif de vaccination » – Professeur Mehdi Mejdoubi

La troisième dose à l’horizon

Interrogé sur la possibilité de l’extension de la troisième dose à toute la population, l’homme a botté en touche et ne s’est pas du tout opposé à cette option. Il a expliqué vouloir se fier à un consensus qui serait obtenu par le Conseil scientifique, qu’il juge de bonne qualité. En qualifiant la période actuelle de “situation exceptionnelle pas vécue depuis un siècle“, le professeur Mejdoubi a terminé sur une note d’optimisme. Il a prédit une sortie prochaine de la pandémie :

On va s’en sortir, il n’y a aucun doute là-dessus !

Gala