Le Royaume-Uni pourrait construire jusqu’à sept centrales nucléaires d’ici à 2050

Le Royaume-Uni veut accroître son indépendance énergétique après l’invasion russe de l’Ukraine, a expliqué dimanche le ministre de l’Énergie.

Le ministre britannique de l’Énergie, Kwasi Kwarteng. | REUTERS

Le Royaume-Uni pourrait construire jusqu’à sept centrales nucléaires d’ici à 2050 tout en misant sur l’éolien en mer dans le cadre d’une nouvelle stratégie pour accroître son indépendance énergétique après l’invasion russe de l’Ukraine, a indiqué dimanche 3 avril 2022 le ministre de l’Énergie.

L’idée est que, vu ce que (le président russe Vladimir) Poutine est en train de faire, nous ne voulons pas vivre dans un monde où nous dépendons des hydrocarbures russes​, a déclaré Kwasi Kwarteng dans le Sunday Telegraph, soulignant que l’éolien en mer, et surtout le nucléaire ​étaient des moyens d’avoir des capacités de génération électrique au Royaume-Uni​.

Réduire la dépendance énergétique

Selon le journal, après d’intenses discussions en son sein, le gouvernement du Premier ministre conservateur Boris Johnson doit présenter jeudi sa stratégie pour réduire la dépendance énergétique du Royaume-Uni et atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

Il y a une prise de conscience au sein du gouvernement que nous pourrions faire plus en matière nucléaire​, a déclaré Kwasi Kwarteng.

En 2050, il y a un monde où nous avons six ou sept sites au Royaume-Uni​, a-t-il poursuivi. Cela ne se produira pas dans les deux prochaines années, mais c’est assurément ce à quoi nous pouvons aspirer​.

Selon le Sunday Telegraph, le plan prévoit la construction d’au moins deux centrales nucléaires de grande envergure d’ici 2030, en sus de petits réacteurs modulaires, alors la plupart des sites nucléaires en fonctionnement doivent fermer à cette échéance.

À l’inverse, la fracturation hydraulique et l’éolien terrestre n’auront pas un rôle central dans la nouvelle stratégie en raison la forte opposition locale ​rencontrée par ces technologies, a souligné le ministre.

Outre les sanctions contre des intérêts russes, Londres a également visé le secteur énergétique, avec une interdiction des importations de pétrole d’ici à la fin de l’année.

Ouest France