« Le Vilain Petit Canard » ou l’apprentissage du stigmate

« Le Vilain Petit Canard » a été écrit par Hans Christian Andersen en juillet 1842. Célèbre conte pour enfant, il relate l’histoire d’un « caneton » qui détonne au sein de sa famille, considéré comme particulièrement laid.

Le petit canard construit son identité en fonction du regard des autres, jars, oies sauvages, poule, jusqu’à ce qu’il s’en détache et affirme sa propre singularité : celle d’un magnifique cygne.

À travers ce conte populaire, on entrevoit comment se construit chez les enfants une conscience des différences et des hiérarchies sociales et donc leurs perceptions du monde et de l’altérité, au sein de la famille mais aussi en dehors.

« Le Vilain Petit Canard » a été écrit par Hans Christian Andersen en juillet 1842. Célèbre conte pour enfant, il relate l’histoire d’un « caneton » qui détonne au sein de sa famille, considéré comme particulièrement laid.

Le petit canard construit son identité en fonction du regard des autres, jars, oies sauvages, poule, jusqu’à ce qu’il s’en détache et affirme sa propre singularité : celle d’un magnifique cygne.

À travers ce conte populaire, on entrevoit comment se construit chez les enfants une conscience des différences et des hiérarchies sociales et donc leurs perceptions du monde et de l’altérité, au sein de la famille mais aussi en dehors.

Le conte d’Andersen, révèle aussi, tout en finesse et en métaphores l’articulation des rapports sociaux mêlant les questions de genre, de race, de classe sociale, d’âge et la façon dont ces derniers structurent l’ordre social et hiérarchique. Selon Aude Rabaud, ce conte relate avant tout les « tribulations d’un mal classé ».

The Conversation