Les Açores : Des scientifiques découvrent que les Vikings ont colonisé l’archipel 700 ans avant les Portugais

La colonisation de l’archipel aurait commencé entre 700 et 850 après J.-C. selon une étude parue le 12 octobre dans les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences.

Biologistes, climatologues, biogéographes… Ils sont trente scientifiques internationaux à avoir croisé leurs disciplines pour parvenir à démontrer que non, les Portugais n’avaient pas colonisé des “îles vierges” en débarquant aux Açores au 15e siècle (en 1427 sur l’île de Santa Maria et en 1452 sur celles de Corvo et Flores).

D’après une étude parue le 12 octobre dans les PNAS, les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences, les premiers habitants des Açores sont arrivés dans l’archipel entre 700 et 850 après J.-C., soit quelque 700 ans avant les navigateurs portugais alors en quête de nouvelles routes vers les Indes.

Des résultats cohérents avec les données archéologiques et génétiques récentes qui suggèrent que les Vikings étaient très probablement les premiers colons des Açores.

Les chercheurs ont daté et analysé cinq carottes de sédiments prélevées au fond des lacs des îles de São Miguel, Pico, Terceira, Flores et Corvo. Ils ont détecté la présence de stérols, marqueurs biogéochimiques bien utiles en archéologie. Très abondants dans les excréments des mammifères (des hommes, des bovins…), leur présence peut être interprétée comme un indice de l’activité humaine.

Les premiers colons des Açores venaient d’Europe du Nord

“En raison de leur position géographique au milieu de l’océan Atlantique, les îles des Açores n’étaient pas peuplées de grands mammifères”, explique Santiago Giralt, co-auteur et chercheur à Geosciences Barcelona. “Par conséquent, la présence de stérols dans les sédiments peut être attribuée à la présence de l’homme et de ruminants tels que les vaches, les chèvres et les moutons.”

Les auteurs de l’étude avancent également que ces premiers colons venaient d’Europe du Nord. A la fin du Moyen Age, en raison de la prédominance des vents du nord-est et des faibles vents d’ouest, ces peuples nordiques ont vraisemblablement trouvé des conditions climatiques favorables pour naviguer vers ces îles volcaniques de l’océan Atlantique situées à quelque 1.450 km des côtes européennes, précise un communiqué (en espagnol).

GEO