LES AFFAIRES (ET LE BRADAGE DE TOUS LES BIENS RENTABLES DES FRANCAIS), CONTINUENT PENDANT L’EPIDEMIE

Encore un décret macronien, en date du 15 août, un des jours connus par tous pour faire passer toutes les pires saloperies politiques, pendant que les français, même encovidés, regardent ailleurs.

A croire que le peu qu’il en reste (de l’épidémie), monté en épingle en ne focalisant que sur elle et sur la peur panique martelée sans trêve par les médias, permet de passer sous silence tout le reste.

Je ne me souviens plus où j’ai trouvé cette photo, et je n’ai aucune idée du journal dans lequel figure l’article en question, mais je livre malgré tout à votre connaissance :