Les Bleus mettront un genou à terre contre le racisme

Les joueurs de l’équipe de France s’inclineront mardi soir avant leur premier match contre l’Allemagne, en hommage aux victimes du racisme.

Quelques minutes avant le coup d’envoi de leur premier match de l’Euro contre l’Allemagne mercredi soir, les Bleus poseront un genou à terre. Un geste symbolique, issu du mouvement «Black Lives Matter», dont l’objectif est de montrer leur soutien dans la lutte contre le racisme. Cet acte, annoncé en conférence de presse lundi par le capitaine Hugo Lloris, n’est pas au goût de toute la classe politique.

«C’est encore une opération importée»

«Très sincèrement je le regrette, ‘Black Lives Matter’ c’est un drame mais c’est un drame qui s’est passé aux États-Unis, c’est un drame qui s’est passé avec la police américaine. La police française n’a jamais eu ces dérives», a dénoncé sur Europe 1 Thierry Mariani, candidat RN pour les régionales en Paca. «C’est encore une opération importée d’un pays étranger qui n’a aucun rapport avec la France et moi je suis attaché à la neutralité du sport», a ajouté l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

«Je demande à l’équipe de France de dire très clairement qu’il ne peut en aucun cas être interprété comme un geste à l’égard de l’action magnifique que les forces de sécurité intérieure réalisent en France», a réclamé sur CNews le maire ex-LR de Nice Christian Estrosi, tout en souhaitant ne pas rentrer «dans un débat polémique et politicien». Son éternel rival de la Côte d’Azur, le député LR Eric Ciotti, s’est lui montré plus ferme. «L’équipe de France ne peut mettre un genou à terre en hommage au mouvement politique américain Black Lives Matter alors qu’elle ne l’a pas fait pour les victimes du terrorisme islamiste ou les policiers assassinés par des barbares Elle doit rappeler son soutien à notre police!», a-t-il jugé sur Twitter.

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a souligné sur France info que ce geste était un «engagement personnel» des joueurs «qu’ils souhaitent montrer et affirmer». «On a besoin aujourd’hui de l’engagement des sportifs», a-t-elle voulu affirmer. L’ancienne nageuse professionnelle a notamment rappelé que le gouvernement venait «d’inscrire dans la loi pour les principes de la République l’engagement du mouvement sportif aux côtés de l’État pour lutter contre ce fléau» du racisme.

Le Figaro