Les écoles primaires et les villages face à la menace islamiste

Les différentes équipes «Valeurs de la République» des rectorats de France se sont réunies alors que 793 cas d’atteintes liées à l’hommage à Samuel Paty ont été recensés. Des enfants qui jouent à la décapitation dans des cours de récréation, d’autres qui refusent, en des termes violents, toute allusion à la liberté d’expression, des parents menaçants…

Selon les dernières remontées disponibles, entre le 2 et le 18 novembre, pas moins de 793 faits d’atteinte liés à l’hommage à Samuel Pâti ont été recensés par les académies. Lille, Orléans Tours, Montpellier et Nancy sont celles qui en ont signalé le plus.

Un mois et demi après la mort de Samuel Paty, le ministre a réuni jeudi les différentes équipes «Valeurs de la République» des rectorats de France pour faire un point sur ces incidents, dont les auteurs sont des élèves dans 90 % des cas. Quelque 20 % de ces atteintes ont relevé de la provocation, tels ces adolescents criant «Allah akbar» lors de l’hommage. Ils ont aussi été 20 % à contester la cérémonie, indiquant par exemple que les musulmans étaient des victimes. Plus inquiétant, 17 % ont légitimé l’acte de l’assassin, assurant qu’ils allaient s’en inspirer.

Selon les dernières remontées disponibles, entre le 2 et le 18 novembre, pas moins de 793 faits d’atteinte liés à l’hommage à Samuel Pâti ont été recensés par les académies. Lille, Orléans Tours, Montpellier et Nancy sont celles qui en ont signalé le plus.

Un mois et demi après la mort de Samuel Paty, le ministre a réuni jeudi les différentes équipes  «Valeurs de la République» des rectorats de France pour faire un point sur ces incidents, dont les auteurs sont des élèves dans 90 % des cas. Quelque 20 % de ces atteintes ont relevé de la provocation, tels ces adolescents criant «Allah akbar» lors de l’hommage. Ils ont aussi été 20 % à contester la cérémonie, indiquant par exemple que les musulmans étaient des victimes. Plus inquiétant, 17 % ont légitimé l’acte de l’assassin, assurant qu’ils allaient s’en inspirer. Quelque 12 % ont refusé de participer à l’hommage et 5 % ont menacé de mort des enseignants.

Depuis, un quart des élèves concernés ont fait l’objet d’exclusions définitives ou temporaires de leurs établissements. Et 218 infractions ont été constatées par la Chancellerie. Les sanctions sont tombées ou tomberont dans les prochaines semaines. Un père qui a menacé des enseignants de décapitation vient par exemple d’être condamné à trois mois de prison ferme.

Si 48 % de ces atteintes émanent des collèges, 23 % des faits signalés l’ont été à l’école primaire, ce qui inquiète beaucoup au rectorat de Créteil. […] Plusieurs jeunes enfants craignaient qu’on leur montre des caricatures. Et des jeux de décapitation ont pu être observés lors des récréations. Directeurs d’école et enseignants se sont parfois «sentis mal à l’aise» car, comme partout en France, ils ont dû systématiquement convoquer les parents pour leur demander des explications. Difficile de savoir ce qui vient de la famille ou du quartier…

Insultes et mépris

Inquiète de la réaction d’une famille suspectée de radicalisation, après une réunion, une inspectrice a, par exemple, demandé qu’on la raccompagne chez elle en voiture. Ailleurs, à l’inverse, des enseignants ont pu être déstabilisés car confrontés à des propos d’une «grande violence» émanant d’enfants alors qu’ils entretenaient d’excellentes relations de confiance avec leurs familles.

Dans cette école en zone urbaine de l’académie de Besançon, les familles ont été gagnées par «une forme de radicalisme» et l’équipe enseignante a été «déstabilisée», car elles font montre de mépris et sont régulièrement insultantes. Les enseignants ont néanmoins peur de déposer plainte, craignent de voir leur véhicule dégradé, etc. La peur peut paralyser toute initiative. Confrontés à un cas d’apologie du terrorisme, à Nice, des professeurs et des parents n’ont pas souhaité siéger à un conseil de discipline, empêchant dans un premier temps sa tenue, faute de quorum…

Autre enseignement de ces dernières semaines, les zones rurales ont été assez fortement touchées par des incidents, parfois plus que des établissements urbains classés en zone sensible. Un effet des réseaux sociaux? Les trois quarts des faits recensés dans l’Académie d’Orléans-Tours l’ont été dans les territoires ruraux du Cher et du Loir-et-Cher. Dans l’académie de Toulouse, c’est dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne que la plupart des faits ont été observés.

Là-bas, certaines familles ont par ailleurs déployé une «sorte de stratégie d’évitement» dans une douzaine d’écoles en gardant leurs enfants à la maison le jour de l’hommage. Même constat à Montpellier, où les services du rectorat ont constaté que des messages sur les réseaux sociaux incitaient les élèves «à se taire» et «à faire semblant» d’approuver l’hommage, voire «d’adhérer». Dans un quartier, une fête bruyante a été organisée volontairement au même moment…

Entre raison et crainte

À Poitiers, le rectorat a noté que 20 % des comportements problématiques étaient directement liés à ce que les élèves avaient pu voir sur les réseaux sociaux «mais les 80 % restant n’y sont pas étrangers». Plus inquiétant encore, les parents «ignorent dans la majorité des cas le parcours idéologique de leurs jeunes adolescents, sur internet, où se déroulent parfois des conversions lentes, dans un huis clos de plus en plus fermé».

Dans des collèges, certaines thématiques ne peuvent pas être abordées de façon sereine, notamment celles sur les religions, le génocide des Arméniens, l’éducation à la sexualité… Des protections policières ont d’ailleurs été accordées, en novembre, à des enseignants menacés. L’un d’eux s’est vu reprocher par une élève de cinquième de faire étudier les Lettres persanes de Montesquieu. Plusieurs élèves lui ont «conseillé» de ne «pas utiliser de caricatures» dans ses cours. […]

Le Figaro