«Les flics vont le payer» : dans l’Essonne, la cité des Tarterêts au bord de l’embrasement

La cité des Tarterêts. Etienne Jacob / LE FIGARO

 À Corbeil-Essonnes, le gazage d’une mère de famille lors de l’interpellation de deux jeunes a provoqué plusieurs nuits d’émeutes, sur fond de tensions entre police et trafiquants de drogue.

Un ensemble d’immeubles austères et abîmés, vestige des choix urbanistiques douteux des années 60, veille sans bienveillance sur la cité des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes (Essonne). Les fresques sociales peinturlurées et panneaux martelant la novlangue du «vivre-ensemble» ne suffisent pas à camoufler ce dédale de tours en décomposition, abritant 5000 personnes, dont près de la moitié vit sous le seuil de pauvreté.

Au cœur de ce labyrinthe vallonné se tient, ce mercredi matin, un généreux marché de vêtements et de fruits et légumes aux prix imbattables. Si la plupart des habitants sont là pour faire de bonnes affaires, un vendeur, taquin, alpague une mère de famille au milieu des étals de fortune. «Alors, la police, ils sont pas là ce matin?», questionne-t-il. Pas de réponse de l’intéressée, occupée à chercher la meilleure pastèque, alors que le mercure atteint presque les 30 degrés. Une autre dame, en revanche, lui répond: «De toute façon, nous, on est persécutés». Quelques minutes après…[…].

Le Figaro

Addenda