Les islamistes adaptent leur cyber-croisade

Les djihadistes restent hyperactifs sur internet, forçant la France à trouver de nouveaux outils de défense.

Rompus aux guerres asymétriques et traqués sur le terrain, les terroristes, même affaiblis, investissent sur internet pour lever des nou­velles troupes et gagner la guerre des esprits. 182267228/smolaw11 – stock.adobe.com

Ayant encaissé de sérieux revers dans les zones de combats et assoiffés de revanche, les terroristes de Daech ne désarment pas et rêvent plus que jamais de frapper l’Occident au cœur. Dès le 11 mars dernier dans un entretien au Figaro, Laurent Nuñez, coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, a prévenu: «Si l’État islamique a subi de lourdes défaites sous l’action de la coalition et des services de renseignement, il se reconstitue dans la clandestinité. Même affaibli, Daech dispose de structures de propagande et d’opération.»

Roués aux guerres asymétriques et traqués sur le terrain, les terroristes, même affaiblis, investissent sur internet pour lever des nouvelles troupes et gagner la guerre des esprits. Dans leur enquête intitulée Les militants du djihad (Fayard), Hakim El Karoui et Benjamin Hodayé, qui ont notamment passé au crible 1400 cas européens, observent que 90 % des djihadistes ont connu une rupture spirituelle au terme d’une conversion brutale…[…].

L’article complet: Le Figaro