Les pompiers privés de barbe et de Sainte-Barbe

Temps de lecture : < 1 minute

Rares sont désormais les pompiers portant la barbe. Depuis quelque temps, ces derniers sont en effet obligés d’user du rasoir sous peine de ne plus pouvoir partir en intervention. La mesure est jugée excessive par nombre d’entre eux.

Crise sanitaire oblige, les cérémonies de la Sainte-Barbe ont été ajournées, dans les centres de secours finistériens, comme un peu partout ailleurs. Mais la fête des pompiers n’est pas la seule désormais interdite. Le port de la barbe est, lui aussi, proscrit, chez les soldats du feu. « C’est une mesure nationale qui a été mise en place pendant le premier confinement, relève Sylvain Montgénie, le contrôleur général du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Finistère. C’est une question de sécurité et cela est préconisé par les constructeurs des masques ».

Aussi, pour que « les masques ARI (appareils respiratoires isolants, NDLR) soient bien étanches aux fumées » et pour le port du masque FFP2 « que les pompiers doivent porter s’ils interviennent pour des personnes susceptibles d’avoir la covid-19 », il faut que ces derniers soient posés sur « une peau rasée ». Mais pas forcément glabre, les favoris et la moustache étant autorisés. En somme, tout, sauf la barbe. « Il faut que l’endroit en contact avec le masque soit dépourvu de poils ». Cette mesure, le Sdis l’a fait passer dans une note, datée du 14 mai. Depuis, tous les pompiers devaient se raser « par 24 h avant le service ». […]

« 45 % des interventions sont réalisées par des barbus » […]

Le Télégramme