Les préoccupations et les besoins des jeunes musulmans allemands

Téhéran(IQNA)-Des chercheurs de l’Université de Goethe-Francfort ont récemment mené une étude sur la vie, les besoins et les préoccupations des jeunes membres des mosquées allemandes, qui montre que les jeunes musulmans, malgré de graves discriminations dans la société allemande, essaient d’obtenir les meilleurs emplois et la meilleure éducation.

Les chercheurs Harry Harun Bahr et Meltam Kolachatan, de l’université Goethe de Francfort, ont distribué un questionnaire à 500 jeunes membres de la mosquée de l’Union turco-islamique Ditip, sur leurs conditions de vie, leurs besoins, les discriminations et leurs problèmes en Allemagne.

Meltam Kolachatan a déclaré que les jeunes musulmans considéraient l’islam comme la meilleure religion et croyaient que l’islam fournissait le meilleur mode de vie aux êtres humains, tout en respectant les autres religions divines : « Les jeunes musulmans en Allemagne, parlent généralement plusieurs langues et ont beaucoup d’assurance dans l’environnement de travail et des études. Les jeunes membres des mosquées ont souvent grandi en Allemagne mais ont peur d’être rejetés, les jeunes musulmans pensent que leur pays (l’Allemagne) ne les aime pas et que les conditions de vie dans ce pays sont difficiles. Selon les recherches, les discriminations n’ont pas pu affecter la vie des jeunes musulmans et malgré tous les problèmes, les jeunes planifient leur avenir en Allemagne. Ils essaient de faire de bonnes études et de s’améliorer en allemand. Les jeunes aiment aussi apporter des changements à leurs programmes religieux et préfèrent des questions comme l’immigration, le changement climatique et la pauvreté dans les sermons du vendredi ».

La recherche montre également que la plupart des jeunes musulmans sont victimes de discrimination et de racisme depuis la maternelle.

Batool Chinar, responsable de la section jeunesse de l’Union turco-islamique Ditib en Basse-Saxe et à Brême, a toujours été discriminée à cause de son foulard à l’école et au travail : « Quand tu portes un foulard à l’école ou au travail, tu vas être discriminée, certaines personnes vont te harceler. Certains vont même jusqu’à cracher sur vous et vous insulter, cela affecte beaucoup la vie des jeunes », dit-elle.

Zakaria Altog de l’Association turco-islamique de Ditib estime que les revendications des jeunes doivent être prises au sérieux : « Je pense qu’il faut être attentif aux demandes des jeunes. L’ancienne génération a façonné sa vie avec un possible retour dans son pays d’origine, mais la jeune génération souhaite construire sa vie en Allemagne, sur le long terme. C’est pourquoi les associations de mosquées doivent prendre au sérieux les critiques des jeunes membres et se préparer au changement générationnel », a-t-il dit.

Agence Internationale de Presse Coranique