Limoges (87) : Un couple interpellé pour avoir écoulé une partie du magot de Kadhafi

Temps de lecture : 2 minutes

Un couple de Limoges (Haute-Vienne), a été interpellé début octobre pour avoir blanchi une partie du magot de l’ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, via la communauté turque. Les investigations sont toujours en cours, selon des sources judiciaires. Cet argent provient du pillage d’une banque en 2017 à Benghazi, où Mouammar Kadhafi avait déposé 160 millions d’euros.

Les billets européens en coupures de 100 et 200 euros ont été acquis en 2010 par l’État libyen auprès de la Banque centrale européenne, un an avant la mort de Mouammar Kadhafi.

La moitié du trésor a d’abord été dilapidée par l’armée libyenne, afin d’acheter des armes et du matériel. Le reste des billets «sont moisis ou collés les uns aux autres», d’après le quotidien francilien. Ils étaient donc facilement identifiables. Une fois dévalués, ils ont été «vendus entre 20 et 40% de leur valeur faciale à la mafia turque», selon un rapport européen. Dès 2018, les billets moisis ont circulé en Europe et, un an après, la Banque centrale européenne a interdit cette série d’euros.

Le couple limougeaud interpellé, proche de la communauté turque, se servait de cet argent sale pour payer au noir des entreprises turques du BTP. L’enquête réalisée par la police judiciaire et l’Office central pour la répression du faux monnayage a duré plus de six mois. Vingt mille euros ont été récupérés par les autorités.

Le couple a déjà écoulé le double en quelques mois, en le déposant sur différents comptes bancaires. Cette acquisition de billets faite en Turquie a permis à ces deux individus d’acheter divers biens immobiliers et plusieurs voitures. 30.000 euros en espèces non libyens ont également été découverts au domicile de l’homme, selon une source judiciaire.

Une arrestation auparavant en Belgique

L’homme et la femme, âgés de 39 et 42 ans, sont déjà connus pour des faits d’escroquerie. En Belgique, en janvier 2020, l’homme avait été arrêté lors d’un contrôle, avec 15.000 euros de billets abîmés et quelques grammes de résine de cannabis. Cette arrestation donne l’alerte. De son côté, la femme allait en Turquie acheter les billets détériorés, pour les échanger par la suite contre des billets neufs.

«C’est la plus grosse saisie de ces billets libyens en Europe», selon une source proche du dossier. Le couple a été placé sous contrôle judiciaire pour «blanchiment en bande organisée et recel de vol aggravé.» Ils encourent jusqu’à 10 ans de prison.

Le Figaro