« L’islamophobie française s’attaque même aux morts musulmans »

L’islamophobie atteint jusqu’aux morts en France où, par ailleurs, la polémique sur le voile reprend de plus belle depuis que la Croix-Rouge a diffusé une affiche portant des recommandations face à la canicule qui frappe l’Europe et sur laquelle apparaît une femme, bouteille d’eau à la main, et portant le hidjab. Ce jeudi, c’est le Conseil d’Etat qui examine une requête déposée par un ancien conseiller municipal demandant «l’annulation des chapitres 3 et 4 de la circulaire du 19 février 2008 par laquelle le ministre de l’Intérieur demande aux préfets de pousser les maires à accepter, illégalement, la création de carrés confessionnels, notamment musulmans, dans les cimetières de la République, au nom d’accommodements dits raisonnables avec la population issue de l’immigration».

L’auteur de la «plainte», qui se dit «préoccupé par le devenir de la France», affirme souhaiter que «le représentant de l’Etat tienne le même discours au sujet de cette exigence de création de carrés confessionnels, notamment musulmans, motivée uniquement par des intérêts religieux, à motivation discriminatoire et séparatiste, qui portent atteinte à la loi du 14 novembre 1881, égale pour tous par définition, et au principe de neutralité laïque des cimetières».

A contrario, le Conseil français du culte musulman (CFCM) estime, lui, que «les arguments en faveur du développement de carrés confessionnels ou même de cimetières confessionnels sont la stabilisation et l’intégration des populations concernées», en observant que «l’absence de carrés confessionnels constitue la cause majeure de l’expatriation d’environ 80% des corps des personnes de confession musulmane décédées [en France], un nombre croissant d’entre elles ayant pourtant la nationalité française». «Incontestablement, cette expatriation ne favorise pas l’intégration des populations concernées», s’inquiète le CFCM, pour lequel «chacun doit pouvoir enterrer ses morts, prier pour eux, les honorer, les aimer dans le respect de sa religion et de sa culture».

Le site Obsèques Info indique que la majorité des musulmans ont fait le choix d’être enterrés dans leur pays d’origine et explique que le manque de carrés musulmans sur le territoire français est la principale cause de cette situation. Il rappelle que «pour s’adapter aux différentes demandes, l’Etat a assoupli ses règles en essayant de créer de nouveaux espaces dédiés aux musulmans», peu nombreux pour suffire aux millions de musulmans qui vivent en France et subissent de plein fouet une vague de racisme portée par des politiciens aigris.

Le président de l’Observatoire contre l’islamophobie en France avait soulevé cet épineux problème au summum de la pandémie de Covid-19. Dans un entretien à Algeriepatriotique, Abdallah Zekri s’alarmait de ce que la crise sanitaire avait fait de nombreux morts parmi les musulmans en France. «Le nombre élevé de décès parmi les musulmans a créé un problème d’insuffisance d’espaces dédiés aux carrés musulmans dans les cimetières français. Il faut savoir que le confinement et la rupture des liaisons aériennes et maritimes avec l’Algérie, entre autres, à cause du coronavirus, ne sont pas la seule raison qui pousse les familles à inhumer leurs défunts en France», avait souligné. «Les nouvelles générations préfèrent que leurs proches reposent près d’elles pour pouvoir se recueillir plus souvent sur leurs sépultures», avait fait remarquer le délégué général du CFCM.

Algérie Patriotique