L’Isle d’Espagnac (16) : « L’appartement est sale parce que des Noirs vivaient dedans », outré par la réflexion de ses clients, le cuisiniste reverse ses bénéfices à SOS Racisme

« Parce qu’on ne choisit pas ses clients, on a choisi pour l’un d’entre eux de reverser le solde du paiement de sa cuisine à SOS Racisme. » C’est le coup de gueule posté sur Facebook lundi soir par l’entreprise Cuisine 16. La raison de cette sortie? L’été dernier, un salarié du cuisiniste de l’Isle d’Espagnac visite des clients pour prendre des mesures. Pendant le rendez-vous, les acheteurs dépassent les bornes. Des propos du type: « Comprenez, l’appartement est sale parce que des noirs vivaient dedans », restitue Frédéric Marty, le patron.

Le discours choque le technicien qui s’en ouvre à son chef. « Je ne supporte pas qu’on soit pris à partie avec ce genre d’opinions », réagit l’entrepreneur. Mais que faire? « J’ai hésité à les servir car je n’ai pas envie de faire plaisir à des gens comme ça. »

Finalement, le gérant trouve une alternative plus rigolote. « Je me suis dit: on va les servir, mais on reversera une partie des bénéfices à SOS Racisme, comme ça le client aura aidé à lutter contre le racisme », détaille, espiègle, Frédéric Marty. Résultat: lundi soir, il vire la dernière tranche du paiement à l’association. 390€ pour la bonne cause.

Pour autant, Frédéric Marty ne veut pas politiser son action. « Un commerce n’a pas à prendre de position politique, mais le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. Un raciste peut toujours venir chez nous à condition qu’il garde ses idées pour lui. »

Depuis la publication de son message, les réactions positives affluent. Et tant pis si certains n’apprécient pas et se détournent de son entreprise. Frédéric Marty assume: « Je n’ai pas envie d’avoir affaire à des gens prêts à déborder comme ça. » Et le patron de conclure son texte sur Facebook par un « nous remercions (le client, Ndlr.) de son soutien à l’économie locale, aux commerces indépendants ». L’humour toujours.

La Charente Libre