Lyon (69) : Une des meilleures école de commerce du monde ouvre une enquête interne au sujet d’un «blackface»

L’EM Lyon, la grande école de commerce de la capitale de la gastronomie, n’en finit plus d’accumuler les casseroles. Lors d’une course  organisée en 2019 par des étudiants de l’EM des étudiants se sont peint le corps et le visage en noir. Des blackface qui avaient gêné certains étudiants eux-mêmes au moment des faits.

C’est le groupe d’étudiants de la liste “Extrem”, en lice pour l’élection du bureau des sports, qui aurait dérapé lors de l’événement nommé “Spartan Race”. L’un des participants à cette activité extérieure organisée par le BDE pour que les étudiants apprennent à se connaître s’est même “mis à imiter un singe, à se gratter les aisselles comme un chimpanzé, ça a duré seulement quelques minutes, mais c’était gênant”, a confié un témoin à nos confrères.

L’EM Lyon est l’une des meilleures écoles de commerce de France. Son site internet rappelle qu’elle a même intégré, en 2020, le « top 10 » mondial des meilleurs masters en management, d’après l’un des classements qui font référence. Mais un rang aussi élevé ne vaccine pas contre des attitudes discriminatoires chez les étudiants, comme le démontre cet épisode. […]

Ce jour-là, une bombe de peinture corporelle aurait été remise à chaque équipe, afin d’identifier les différentes teams. Les “Extrem” avaient la couleur noire, et se sont donc grimés, certains allant jusqu’à en mettre sur le visage. Un “blackface” pour certains, surtout quand un participant à la course a imité un singe durant “quelques secondes”. Un moment “gênant” selon un témoin retrouvé par Médiapart. Une enquête interne a été ouverte assure la direction de l’EM Lyon au média dirigé par Edwy Plenel.

Ce n’est pas la première fois qu’une polémique se déroule à l’EM Lyon, pourtant à la 5e place du classement du Figaro des meilleures écoles de commerce en Fance. Début octobre, en plein confinement, les élèves du site stéphanois de l’EM Lyon avaient organisé une soirée qui avait réuni plus d’une centaine de personnes dans un tout petit appartement. Un cluster avait ensuite été détecté, obligeant l’établissement à fermer ses portes.

On se souvient également des problèmes liés au guide duPetit Paumé, géré par des étudiants lyonnais de l’EM. L’an dernier, la parution du guide avait été entachée d’une critique raciste sur un établissement de la Guillotière. Il y avait aussi eu l’épisode de la “plus grosse chiasse de l’année” pour un resto du 1er arrondissement ou encore d’une référence douteuse à Anders Breivik.

Lyon Capitale