Malaisie : Conçue pour accueillir 700.000 habitants, la ville nouvelle de Forest City, qui devait être un paradis numérique et végétal, est une cité fantôme

A coups de milliards de dollars, une ville nouvelle a poussé au sud de la Malaisie. Sur le papier, Forest City promettait d’être un paradis numérique et végétal. Construite par une société liée à la Chine, elle devait accueillir 700.000 habitants. Seulement voilà, elle est totalement déserte.

A seulement 30 km au sud de la capitale de l’Etat de Johor Bahru, près de Singapour, le gigantesque projet immobilier a pour le moment tout d’une ville fantôme. Sur plus de 30 km², Forest City a été réalisé par Country Garden, dont le siège est en Chine. Mais ce complexe immobilier de luxe, avec ses gratte-ciel couverts de verdure, bien qu’à une heure de Singapour, n’a attiré que 2.000 résidents. Il n’est traversé que par de rares voitures.

De rares agents d’entretien

Seules de petites équipes de travailleurs entretiennent le secteur. Il s’agit pratiquement de la seule activité observée. Rien dans les écoles internationales, les centres commerciaux et les hôtels vantés par les prospectus. Sans doute les restrictions liées au Covid ont-elles freiné la venue de riches acheteurs, de Singapour notamment. Et il y a aussi des questions liées aux réticences face aux capitaux chinois en Malaisie.

Mais selon des experts du marché immobilier, Forest City souffre surtout de son manque d’équilibre, avec trop peu de commerces. Pour Samuel Tan, de KGV International Property Consultants, Forest City doit également revoir son marché cible en se concentrant plutôt sur les acheteurs locaux.

Country Garden Pacificview, la firme de construction de Forest City, espère encore voir le vent tourner.

« Alors que les activités économiques reprennent et que les interdictions de voyager sont levées, nous espérons que Forest City prospérera à nouveau », a déclaré un de ses représentants. « Ce processus prendra certainement du temps et non par effet immédiat. »