Marseille : Le clip de rap aux 140 millions de vues indigne les policiers

La vidéo des rappeurs marseillais met en scène le «caillassage» de voitures de police avec des fonctionnaires à l’intérieur. […] Sous des airs très festifs, cette vidéo de rappeurs marseillais a de quoi faire réagir les rangs de la police, et pas seulement marseillaise. D’autant qu’il s’agit d’un immense succès, qui rayonne bien par-delà Marseille.

Intitulé Bande organisée – car c’est un collectif réunissant l’ensemble des rappeurs marseillais de la génération actuelle – le titre de ce clip, qui est le premier morceau de l’album 13’ Organisé, affiche plus de 140 millions de vues sur internet. Un record dans l’histoire de la chanson française. Et sa diffusion s’accélère encore de jour en jour.

Au-delà de la musique et des paroles à la gloire de Marseille, le clip met en scène une ville populaire à l’identité forte. Il s’ouvre sur les vestiaires du stade Vélodrome avec les rappeurs revêtus du maillot de l’OM. Les images de la Cité phocéenne s’enchaînent dans ce morceau particulièrement long puisqu’il dure six minutes.

Mais soudain, alors que rien dans la mise en scène ou le scénario ne l’annonce ou ne s’y prête, le film montre le « caillassage » en règle de deux voitures de police avec des fonctionnaires à l’intérieur. La séquence, qui dure 4 secondes, est totalement passée inaperçue de l’administration.

Elle n’est pourtant pas sans rappeler le choc et l’émoi provoqués par l’attaque, en octobre 2016, de ces policiers pris au piège de leur véhicule à Viry-Châtillon (Essonne) qui, après avoir été caillassés à coups de pierres et de barres de fer, avaient été brûlés par le jet de cocktails Molotov.

Une analyse juridique

« Nous les policiers, nous ne sommes pas des groupies, ce qui explique que les premiers signalements n’arrivent que maintenant », explique Rudy Manna, secrétaire départemental du syndicat policier Alliance. « Mais ce clip est devenu planétaire. Que peuvent penser les Belges, les Italiens et tous les autres d’un pays où des véhicules de police peuvent se faire attaquer en toute impunité ?

L’image renvoyée est terrible. »

Le syndicaliste a fait remonter l’information à la hiérarchie.Emmanuel Barbe, le préfet de po-lice des Bouches-du-Rhône, qui « comprend l’émoi des policiers », a soumis le sujet à analyse juridique pour voir quelles poursuites judiciaires seraient possibles. Compte tenu de la notoriété des stars impliquées et du succès du clip, la question pourrait rapidement devenir un brûlot politique et sociétal.

Le Figaro