Massegros (48) : Le patron de la blanchisserie entre en grève de la faim pour éviter l’expulsion de son apprenti malien

Un rassemblement de soutien à Moussa Tambadou est prévu ce 15 janvier à Mende (Lozère) alors que le patron de la blanchisserie qui employait le jeune migrant Malien est entré lundi en grève de la faim afin d’éviter l’expulsion de son apprenti. Il nous explique pourquoi.

Malgré une promesse d’embauche et le soutien du patron et des salariés de la blanchisserie, Moussa a reçu une obligation de quitter le territoire français qui aurait dû prendre effet dès le lundi 26 Juillet.

Depuis lundi 10 janvier, Brice Saint-Pierre n’avale plus que du liquide sucré et du bouillon. Le gérant de la blanchisserie Le Lavoir des Causses, située au Massegros (Lozère) est entré en grève de la faim pour empêcher l’expulsion de Brice Saint-Pierre Moussa Tambadou, son jeune apprenti malien sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF).  

Libéré du centre de rétention de Toulouse où il avait été placé après sa condamnation à 2 mois de prison avec sursis pour avoir refusé le test PCR préalable à son embarquement en vue de son expulsion fin décembre 2021, le jeune homme de 18 ans reste sous la menace d’une reconduite à la frontière et doit pointer chaque jour au commissariat. En attendant, il a fait sa rentrée le 3 janvier 2022 au lycée Peytavin de Mende.

Défendre une injustice, pas une cause  

Arrivé clandestinement en France après avoir fui la misère et les violences dans son pays le Mali, Moussa Tambadou avait entamé en septembre 2020 son apprentissage au Lavoir Des Causses. Il suivait parallèlement des cours au centre de formation des apprentis d’Agen (Lot-et-Garonne).

Un parcours d’intégration qu’il a avait été contraint d’interrompre à l’été 2021 pour respecter son assignation à résidence à Mende. Incompréhensible pour son chef d’entreprise Brice Saint-Pierre :   « Je ne défends pas une cause, je défends mon apprenti et l’injustice qui lui est faite. Quand j’ai rencontré Moussa, il avait très envie de travailler en blanchisserie, ce qui est rare car c’est un métier dur et ingrat. Il faut être courageux !”

Il a des valeurs. Il a tout fait pour s’intégrer et maintenant, on voudrait qu’il reparte dans un pays à feu et à sang” – Brice Saint-Pierre, gérant du Lavoir des Causses

Il poursuit: “On a fait des essais, au début il ne parlait pas bien Français mais il s’est très vite et très bien intégré à l’équipe car il s’intéresse à tout, pose plein de questions. »

Rassemblement de soutien  

Samedi 15 janvier, un rassemblement de soutien à l’apprenti et à son patron aura lieu place Urbain V à Mende à 14 heures afin d’empêcher ce que le jeune migrant redoute le plus : retourner en rétention. Car « ça peut arriver à tout moment » selon Brice Saint-Pierre.  

Le « geste le plus beau »  

La grève de la faim de son chef d’entreprise a « étonné » Moussa Tambadou, qui lui a avoué que c’était « le geste le plus beau » qu’on pouvait faire envers lui. Il sera présent à la manifestation. Brice Saint-Pierre, lui, restera au Massegros, trop fatigué pour se déplacer et soucieux de ne pas apparaître comme un militant alors que plusieurs élus ont annoncé leur venue.  

France3