Mayenne (53) : L’association d’aide aux migrants Mia-Mia (« tout va mieux » en soudanais) ouvre un espace d’échanges de cultures

La toute jeune association s’apprête à souffler sa deuxième bougie et elle n’a jamais aussi bien porté son nom puisque Mia-Mia est une expression soudanaise qui signifie « tout va mieux ». En juillet 2019, des habitants de Mayenne et des demandeurs d’asile qui se côtoient déjà régulièrement décident de créer une association pour structurer les initiatives individuelles, faciliter les échanges avec le milieu associatif mayennais et les services administratifs.

“Chaque adhérent est acteur, c’est-à-dire que l’on fait avec et non à la place de. Construire ensemble en fonction des besoins de chacun.”Valérie, une adhérente. Mahmoud est l’un des bâtisseurs de Mia-Mia. D’origine soudanaise, il a appris le français grâce aux bénévoles mayennais et souhaite aujourd’hui ardemment transmettre ses connaissances et son sourire aux nouveaux arrivants.

« On peut toujours compter sur les bénévoles et ensemble, on trouve des solutions. L’association permet d’organiser des cours de français, comprendre les choses pour favoriser l’insertion, aider aux démarches administratives, participer à des événements culturels ou tout simplement parler et ainsi éviter l’isolement. » « Se retrouver seul avec son histoire est difficile », concède Nour, obligé de fuir le Centrafrique.

« Un lieu passerelle où se retrouver »

L’isolement des exilés se serait aggravé depuis la fermeture des chambres de l’ancienne maternité. Éparpillés dans la ville, ils se sont retrouvés sans lieu commun.

Forts de ce constat, les adhérents de Mia-Mia ont fait de la recherche d’un local, leur priorité. Alors la mairie de Mayenne leur offre un joli cadeau d’anniversaire en mettant à leur disposition un local de la Visitation.

« Chez Mia-Mia sera un lieu passerelle où se retrouver, se rencontrer, partager, créer ensemble. Un espace dédié, d’échange de cultures, d’expériences de vie, de passions, et qui se voudra avant tout convivial et solidaire. Les fonds récoltés grâce à la cagnotte mise en ligne en début d’année vont permettre de l’équiper », précise Lucie, la présidente.

Retenue dans le cadre d’un appel à projet

Les adhérents ont su mettre à profit cette année de Covid et de vie ralentie pour monter divers dossiers et obtenir des subventions. La réussite dont l’association est la plus fière est celle d’avoir été retenue dans le cadre d’un appel à projet lancé par la Fondation de France, soutenant les initiatives citoyennes au bénéfice du public exilé en milieu rural.

« C’est pour nous tous une belle reconnaissance et le signe que notre projet est cohérent », souligne Valérie. La dotation attribuée va permettre de financer un emploi à mi-temps pour assurer la coordination entre exilés, partenaires, service public et bénévoles au sein du nouveau local.

Les membres ont également participé au festival Au Foin de la Rue. Quatre Afghans faisaient partie des cuisiniers et Nour a confectionné des fleurs pour le décor de l’événement. Et puis s’ensuivra un joli projet de Rap en collaboration avec Tribu Familia et le Kiosque.

En attendant la fête qui aura lieu lors de l’inauguration de Chez Mia-Mia, les personnes qui auraient envie « de rejoindre l’aventure, pour construire des choses ensemble ou tout simplement prendre un café, discuter » peuvent contacter l’association.Contact : miabilmia53@gmail.com

Actu.fr