Menace d’un hiver meurtrier pour les migrants dans les Hautes-Alpes

Temps de lecture : 2 minutes

À Briançon, dans les Hautes-Alpes françaises, le nouveau maire veut fermer le “Refuge solidaire” destiné aux migrants, installé par son prédécesseur en 2017. Les associations d’aide craignent de voir des familles d’exilés “à la rue” alors que l’hiver arrive.

Les associations d’aide aux migrants actives à Briançon sont unanimes: il y a urgence humanitaire. Elles ont lancé un appel mardi dernier “pour que le Briançonnais reste un territoire solidaire avec les exilés”.

Publié lundi sur le site de Libération, l’appel a été soutenu par l’évêque de Gap Mgr Xavier Malle, le sociologue Edgar Morin, l’ancien champion du monde de football Lilian Thuram, la maire de Marseille Michèle Rubirola ou le collectif du bateau de sauvetage en Méditerranée Louise Michel financé par Banksy.

Une pétition en ligne entend faire revenir sur sa décision le nouveau maire de Briançon, qui a décidé de fermer plusieurs locaux d’hébergement d’ici au 28 octobre.

“Une drame humanitaire, avec de nouveaux morts”

Les associations estiment que cette décision “crée les conditions d’un véritable drame humanitaire, avec de nouveaux morts en montagne”. Pour la responsable des migrations transalpines de Médecins du Monde, qui tient une permanence médicale à Briançon, les termes d’urgence humanitaire ne sont pas trop forts.

“L’accès aux droits fondamentaux ne sera plus permis, c’est-à-dire pas de mise à l’abri, pas d’accès aux soins, pas d’accès à l’alimentation”, explique Pamela Palvadeau. Et de poursuivre: “En ce qui concerne l’accès aux soins, nous récupérons des personnes à 34, 35 degrés en hypothermie, avec des gelures. Qu’est-ce qui arrive quand on met des personnes déjà vulnérables dans la rue? Il y a effectivement un risque de décès.”

De son côté, l’élu de droite met en avant les règles de sécurité non respectées et le fait que l’immigration n’est pas de son ressort en tant que maire et président de la communauté de communes.

Des enfants nés sur le chemin de l’exil

Le “Refuge solidaire”, où avaient été détectés trois cas de Covid-19 début septembre, a pu recommencer à accueillir de nouveaux arrivants depuis dimanche. Pour les associations qui gèrent ce flux, l’urgence est aussi due au profil des nouveaux arrivants, de plus en plus nombreux, et désormais composés de familles et d’enfants.

“Aujourd’hui, nous recevons des personnes qui arrivent par le chemin des Balkans. Ils sont originaires de Syrie, d’Iran, d’Afghanistan”, illustre Agnès Antoine, de l’association “Tous Migrants”. “Et ce sont plutôt des familles, avec souvent des enfants, même en très bas âge. Parfois même nés sur la route, au cours de leur exil.”

11’000 personnes accueillies en 3 ans

Depuis l’ouverture du Refuge solidaire en juillet 2017, 11’000 personnes ont été accueillies. Selon les bénévoles, la plupart restent deux à trois jours avant de continuer leur route vers Paris, Calais et le Royaume-Uni.

Les routes migratoires passent par les Alpes, mais ne s’y arrêtent pas. Dans le département des Hautes-Alpes, Briançon est effectivement le point d’entrée de migrants qui traversent la frontière depuis l’Italie. Il y a deux ans, la commune avait focalisé l’attention des médias avec le procès de sept militants, dont deux Suisses, qui avaient aidé des migrants à entrer illégalement en France.

RTS

8 Commentaires

  1. Des enfants nés sur le chemin de l’exil…

    Quel exil? L’exil de la connerie? On commence à pleurer quand?

    La rhétorique a de beaux jours devant-elle.

  2. Je connais bien ce coin, j’y avais de la famille, j’ai baladé souvent à pied en hiver dans la vallée de la Clarée et l’été en moto, le col de l’échelle et le coté italien, entre autre.
    Ça me fout la haine de savoir que désormais c’est un passage d’envahisseurs bistres.

Les commentaires sont fermés.