Metz (57) : Arrestation des “démembreurs” de Mustapha Adbib, un Marocain de 54 ans, qui ne travaillait pas à cause de problèmes mentaux

A Metz, deux hommes ont été mis en examen pour le meurtre d’un quinquagénaire sous curatelle. Le meurtrier présumé a obligé son ami à l’aider à démembrer la victime.

Fin 2021, un homme a tué un quinquagénaire avant de forcer l’un de ses amis à l’aider à démembrer le corps de la victime et de le jeter dans la Moselle. Tous deux ont été mis en examen en mars et avril dernier. Une troisième personne est poursuivie pour “non-assistance à personne en péril”. Tout a commencé le 13 décembre 2021. Des ouvriers en charge de la maintenance d’un barrage hydroélectrique à Argancy, en Moselle, tombent sur un sac-poubelle. Lorsqu’ils l’ouvrent, ils découvrent le corps d’un homme dénudé et mutilé. Les deux jambes de la victime ont été sectionnées.

Les gendarmes retrouvent des effets personnels dans la nature, qui leur permettent d’identifier la personne, il s’agit de Mustafa A. Ce Marocain de 54 ans, vivait seul dans des foyers de la région. L’homme avait été placé sous curatelle. Depuis plusieurs jours, il n’avait plus donné de nouvelles. Selon les premiers éléments de l’enquête, Mustafa A. a été tué à mains nues lors d’une scène de grande violence. Son corps est marqué par de nombreuses ecchymoses. Après sa mort, ses membres ont été sectionnés selon l’autopsie.

L’enquête se penche sur la vie de ce Marocain. L’homme est arrivé en France, il y a quelques années. A cause de ses problèmes mentaux, il ne pouvait pas travailler. Une de ses relations interpelle les gendarmes. Un homme de 27 ans semble avoir mis en place un système de prédation sur des personnes sous curatelle, comme pour le cas de Mustafa A. L’homme en question est connu des autorités pour des faits de violence. Il s’installe parfois chez ces personnes vulnérables et les manipule pour avoir leur argent.

Le meurtrier présumé nie les faits

Cet homme de 27 ans fréquente souvent un autre homme qui présente aussi un profil similaire à celui de la victime. L’homme est alors placé en garde à vue, le 24 mars dernier. Il raconte aux gendarmes une soirée organisée chez lui avec trois autres personnes, dont Mustafa A.

Durant la soirée, Mustafa A. aurait été frappé jusqu’à la mort par cet homme qui a la mainmise sur lui, c’est ce que dit l’homme interrogé par les gendarmes. Ce dernier poursuit son récit et explique qu’il veut quitter les lieux, mais le meurtrier présumé l’aurait forcé à nettoyer la scène de crime et à découper le corps de Mustafa A. Sa dépouille a ensuite été jetée dans la Moselle.

RMC